Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Du vin emballé de papier dans les supermarchés anglais ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

GreenbottleA côté des traditionnelles bouteilles de verre, contenant de choix pour vins millésimés, les supermarchés anglais pourraient bientôt proposer des vins en bouteilles de papier. C’est en tout cas le marché que vise l’entreprise Greenbottle pour la vente de vins ordinaires et … légers !

L’entreprise britannique n’en est pas à son coup d’essai : elle commercialise déjà un contenant en papier pour le lait.  Elle compte reprendre le même matériau  pour commercialiser du vin. Un contenant qui a une vrai forme de bouteille et non de brique : Greenbottle innove réellement dans le design. Le vin est en fait contenu dans un emballage en plastique, recouvert de papier.

Selon l’entreprise britannique à l’origine de cette invention, ces contenants présentent plusieurs avantages. Le premier est un argument-massue, si l’on peut dire : son poids,  55g soit 10 fois moins qu’une bouteille de verre. D’une part, l’idée pourrait séduire les distributeurs, soucieux de réduire ainsi considérablement les frais de transport liés au vin, et d’autre part, cela pèsera moins lourd dans le panier du consommateur. Par ailleurs l’entreprise prétend que ces bouteilles permettraient une réduction de 10 % des émissions de CO2 et seraient compostables et recyclables. Argument un peu plus discutable peut-être : pour pouvoir les recycler, il faut d’abord séparer le sac plastique de son enveloppe de papier. Aucun avantage donc par rapport au verre, qui peut être jeté tel quel dans le conteneur approprié et recycler indéfiniment. Par contre, les briques, constituées de 75 % de carton, 20 % de plastique et 5 % d’aluminium, demandent des installations spécifiques plus complexes pour être recyclées.

Produites actuellement en Turquie, mais une usine doit bientôt voir le jour en Cornouailles, ces bouteilles contiendraient des vins à un prix inférieur à 8 € et à consommer rapidement. La commercialisation pourrait commencer dès le début 2012, l’entreprise étant actuellement en discussion avec certains distributeurs, mais elle reconnaît cependant que rien n’est encore confirmé. En tout cas, selon Martin Myerscough, qui les a mises au point :

Une importante partie du vin est expédiée au Royaume-Uni en vrac, puis est mis en bouteille ici pour le compte de supermarchés. C’est ce genre de marché, que nous souhaitons atteindre.

Sources : 20 minutes, Winepaper, Cyberpresse

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.