Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Ecoblanchiment en recul en 2012 : 92 % des publicités conformes

Etude ARPP AdemeL’ARPP (Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité) et l’ADEME viennent de publier le 6ème bilan Publicité et Environnement. En 2012, les publicités conformes à la Recommandation Développement Durable ont représenté 92 % du total des annonces examinées, le meilleur résultat depuis la publication de ce bilan. Des manquements perdurent, particulièrement dans le secteur automobile, mais rares sont désormais les cas spectaculaires de non-conformité.

Cette étude a été réalisée entre le 1er septembre et le 31 décembre 2012 : elle concernait 11 secteurs (l’agriculture-jardinage, l’alimentation, l’ameublement-décoration, les appareils ménagers, l’automobile transport, les bâtiments et travaux publics, les boissons, l’entretien, l’énergie, l’hygiène et la beauté, l’immobilier). Les médias contrôlés sont les bannières internet et la presse (à l’exception de la presse régionale et professionnelle).

Le nombre de messages intégrant un argument environnemental se stabilise à 3 % des publicités, après avoir représenté jusqu’à 6 % des annonces (en 2009). Le rapport note qu’il existe toutefois encore des marges de progression, s’agissant notamment « des représentations des véhicules dans les espaces naturels ou sur les bannières publicitaires sur Internet où l’effort de sensibilisation doit se poursuivre. » Le travail effectué par les professionnels a évolué : les règles sont mieux respectées, ce qui se remarque dans la baisse du nombre de conseils sollicités et de plaintes reçues par le Jury de Déontologie Publicitaire.

Les manquements n’excèdent pas 5 % des publicités examinées au cours de l’année. Mais les manquements relatifs au non-respect des dispositions relatives aux espaces naturels restent nombreux : ils concernent environ un tiers des publicités non-conformes relevées. On note parallèlement une baisse significative des réserves : 3 % en 2012 contre 6 % en 2011. Une réserve n’est pas un manquement. Les publicités qui ont fait l’objet d’une réserve plutôt qu’un manquement renvoient à des cas où le non-respect des normes en vigueur semble moins grave et/ou périphérique par rapport au message principal.

Si une réelle conscience écologique existe, selon l’ARPP, elle peine cependant à se transformer dans les actes. Les entreprises ont encore de progrès à faire : « les entreprises doivent mieux distinguer ce qui est du registre de la communication et ce qui ressort de l’information. Il ne s’agit pas de faire une publicité qui se confondrait avec de l’information, ce n’est pas ce que nous demandons aux créatifs publicitaires, mais bien plutôt d’être en capacité, ne serait-ce que sur leur site web, de devenir une base d’information permettant à chacun de se renseigner sur les enjeux de leur activité, sur leurs recherches, sur leurs métiers. »

Source : ARPP

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.