Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Electricité : moins de marges de sûreté à partir de 2016

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

RTE (Réseau de Transport d’Electricité) publie chaque année le bilan prévisionnel de l’équilibre de l’offre et de la demande d’électricité en France. L’actualisation de juillet 2013 montre que les marges de sûreté garantissant l’équilibre se réduisent à partir de 2016.

« L’effet de la crise économique se prolonge et impacte à la baisse les prévisions de consommation électrique. En parallèle, la production disponible, notamment fioul et charbon, mais aussi au gaz dans ce contexte économique, devient moindre. Résultat : les marges de la sécurité de l’alimentation en électricité de notre pays se réduisent à partir de 2016, tout en restant tributaires de l’évolution économique générale » souligne RTE qui modélise cependant 3 scénarios de consommation : un « scénario bas », un « scénario de référence » et « un scénario haut ». RTE revoit à la baisse les prévisions de consommation, car celles-ci, corrigées des aléas climatiques, ont désormais tendance à stagner. Mais la sensibilité du système français aux aléas de température (due entre autres au chauffage électrique en cas de vague de froid) poursuit sa progression et l’entreprise alerte : « le système français doit se prémunir des risques de défaillance en cas d’événements climatiques extrêmes. »

Le déclassement partout en Europe de centrales au fioul ou au charbon, sous l’effet de nouvelles normes environnementales européennes, amène à une réduction significative des capacités de production (7 700 MW en France entre 2013 et 2015). RTE table d’autre part sur une croissance du parc éolien qui devrait se maintenir entre 2014 et 2018, ainsi que le développement du photovoltaïque. Mais les simulations sur 5 ans font apparaître des marges de sécurité qui se réduisent d’année en année à partir de 2016. Sans compensation par la création de nouvelles capacités de production ou d’effacement, cette dégradation ne permettrait pas d’assurer la sécurité d’approvisionnement en cas de vague de froid intense :

Enfin, une analyse supplémentaire a montré qu’un événement climatique comparable à la vague de froid de février 2012 conduirait à une défaillance quasi certaine en 2016 ans le scénario «Référence» de consommation et avec les informations actuellement disponibles sur le parc de production à cet horizon. Cette vague de froid a été franchie sans défaillance en 2012 d’une part grâce à la présence d’environ 7 GW de marge et d’autre part en raison de la bonne disponibilité des parcs de production français et européens.

RTE poursuit par ailleurs les travaux d’élaboration du mécanisme de capacités qui a pour objectif de créer les conditions économiques incitatives nécessaires au développement et au maintien en activité de capacités, production ou effacement, susceptibles de concourir à l’équilibre de l’offre et de la demande. Enfin, l’entreprise développe de nombreux projets d’interconnexions électriques sur la plupart des frontières, essentiels pour la sécurité d’approvisionnement de la France et de l’Europe et qui seront mis en service dans les prochaines années.

Source : RTE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.