Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Elévation du niveau de la mer : 90 scientifiques plus pessimistes que le GIEC

Les experts du GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) ont estimé dans leur rapport de 2013 les probabilités de hausse du niveau de la mer entre 26 cm et 82 cm d’ici 2100, si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas. 90 scientifiques à travers le monde, interrogés par une université américaine, se montrent nettement plus pessimistes, évoquant plutôt 70 cm à 120 cm à l’horizon 2100, et 2 m à 3 m d’ici 2300.

Les incertitudes demeurent cependant indéniables, en raison notamment d’une difficile prédiction des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre et des processus physiques complexes à l’origine de l’élévation du niveau des mers. Le GIEC prend en compte la dilatation thermique de l’eau quand elle se réchauffe, la fonte des glaces et le pompage des eaux souterraines pour l’irrigation. C’est ce qui l’a poussé à revoir à la hausse les chiffres qu’il avait avancés lors du précédent rapport (2007) : 18 cm à 59 cm, alors que le niveau des océans a déjà monté de 19 cm en moyenne entre 1901 et 2010.

Benjamin Hoston, de l’Université de Rutgers (Etats-Unis), et son équipe ont donc mené une enquête auprès de 90 scientifiques, provenant de 18 pays, à qui ils demandaient leur point de vue et les résultats de leurs recherches sur la hausse du niveau marin. Ceux-ci se montrent généralement plus pessimistes que le GIEC : les deux-tiers d’entre eux sont au-dessus des prévisions de ce dernier. Les modèles qu’ils ont établis projettent plutôt l’élévation du niveau des mers de 28 cm à 98 cm d’ici 2100. Pour une montée des eaux dans le Cotentinestimation haute (émissions de CO2 non atténuées), 51 % d’entre eux vont jusqu’à avancer les chiffres de 1,5 m, 27 % de 2 m ou plus. Pour 2300, 58 % des experts situent cette hausse des océans à 4 m ou plus.

Une élévation, même limitée à 1 m, ne serait pas sans effet pour la France : selon une équipe du CNRS (Ecologie, systématique et évolution), avec 1 m d’augmentation, la France perdrait 6 % de ses 1 269 îles à travers le monde, et 12 % pour 3 mètres. Mais la France continentale serait aussi affectée. Pour s’en convaincre, il suffit de consulter la carte interactive Flood Maps, et de voir les effets de différents scénarios d’élévation du niveau de la mer à partir de 1 m. On constate par exemple que dans le Cotentin, avec un mètre d’eau supplémentaire, certaines villes se retrouveraient déjà rayées de la carte, ou encore qu’il ne reste pas grand chose de la Camargue, avec une hausse de 2 m.

montée des eaux en Camargue

Sources : Notre Planète-info, Flood Maps, L’Energie en question

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.