Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

En cas d’urgence, des bonbonnes d’eau belge pour les Parisiens

bonbonnes d'eau belgeEn cas d’urgence, Paris pourra compter sur des bonbonnes d’eau en provenance de Belgique pour assurer sa survie. L’opérateur Eau de Paris vient en effet de signer une convention de collaboration, qui vise plus largement des échanges d’expérience, avec son homologue, la Communauté Intercommunale Liégeoise des Eaux (CILE), mais aussi pour se constituer un stock de réserve d’eau potable sous forme de bonbonnes de 10 litres et de longue conservation, « produit peu commun » selon cette dernière.

Les représentants des services d’Eau de Paris se sont en effet rendus en Belgique, afin de visiter les installations de l’usine d’embouteillage de Hamoir, à côté de Liège, et pour discuter des modalités pratiques de la constitution d’un stock d’urgence pour Paris. Cette usine embouteille l’eau de source du Pêchet dans des bonbonnes de 10 litres pour les distribuer gratuitement aux clients de la CILE en cas de rupture de canalisation ou de pollution accidentelle de l’eau du robinet par exemple. Dans cet emballage « composé entièrement de matières recyclables » , l’eau se conserve deux ans sans altération : ce sont là les deux points forts de ce système. Bernard Michaux, directeur d’exploitation à la CILE, souligne : « Nous fonctionnions auparavant, et certains le font encore, avec un stock de berlingots d’un litre, qui ne conservent que 6 mois à un an et que nous devions acheter à une entreprise. Nous avons décidé il y a quelques années d’investir dans l’embouteillage d’eau de source, que nous mettons aussi à disposition des autres entreprises publiques sans faire de bénéfice. C’est un produit peu commun, que l’on ne trouve pas en France. »

Paris n’est d’ailleurs pas la seule collectivité à faire appel à cette usine d’embouteillage qui vend les bonbonnes à pris coûtant, d’autres, belges cependant, le font aussi : « Nous en avons déjà vendu à AquaFlanders, l’équivalent flamand d’AquaWal [l’Union professionnelle des opérateurs publics du cycle de l’eau en Wallonie], ou encore à l’IECBW, distributeur d’eau d’une grande partie du Brabant wallon » précise Jean-Paul Crespin, responsable relations publiques de la CILE.

La convention de collaboration ne s’arrête cependant pas là, la fourniture de bonbonnes n’en constitue qu’une petite partie. Il s’agit plus largement d’échanges d’expérience entre les deux sociétés, sur la manière de protéger les captages et la façon dont est abordée la problématique avec les agriculteurs.

Sources : Sud Info, MSN Actualités

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.