Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Énergie : les Français mieux informés de l’ouverture à la concurrence

Ouverture à la concurrence du marché de l'énergieLa connaissance des consommateurs en matière d’ouverture à la concurrence du marché de l’énergie progresse enfin à grands pas. Dix ans après, il était temps ! Plus (trop ?) sollicités par des fournisseurs qui les engagent à changer de contrat, ils se disent mieux informés. Telles sont les conclusions du nouveau Baromètre Energie Info, réalisé par Market Audit pour le Médiateur de l’Energie.

Une meilleure information de la concurrence

La consommation d’énergie demeure une préoccupation pour 68 % des Français, un chiffre stable depuis l’année dernière. Elle représente en effet une part importante des dépenses des foyers. Beaucoup restreignent ainsi le chauffage afin de la faire baisser, mais le principal problème réside souvent dans une mauvaise isolation.

Toutefois, les deux tiers des Français savent désormais qu’ils peuvent changer de fournisseur d’électricité ou de gaz : cette connaissance a progressé de 16 points en un an. Une possibilité de faire baisser, même légèrement, cette facture. Cette connaissance ne s’élevait pas jusqu’à présent à plus de la moitié des Français. Elle a bondi cette année.

Du coup, ils s’informent plus. Ainsi ils sont de plus en plus nombreux à savoir qu’EDF et Engie sont deux entreprises différentes et concurrentes (38 % contre 33 % l’an dernier). Les deux tiers peuvent même citer au moins un autre fournisseur d’énergie que le leur et connaissent mieux les tarifs réglementés, même s’ils en connaissent mal les règles. Près des trois quarts pensent en effet qu’on peut les obtenir pour le gaz et l’électricité chez le même fournisseur, et 45 % que l’ensemble des fournisseurs les proposent.

Mieux informés, les consommateurs passent de plus en plus fréquemment à l’acte et changent de fournisseur d’énergie. 62 % déclarent connaître les démarches à effectuer et plus des deux tiers pensent que c’est simple. Mieux, un foyer sur 5 (21 % contre 16 % en 2017) déclare maintenant avoir déjà changé de fournisseur de gaz naturel et/ou d’électricité.

Si le prix représente toujours la principale motivation pour ce changement de fournisseur (67 % contre 75 % en 2017), les raisons environnementales progressent elles aussi considérablement (11 % contre 4 % précédemment). Les offres « vertes », mieux mises en valeur, progressent dans la sensibilité des Français, qui se déclarent à 61 % prêts à y souscrire – mais seulement à 10 % si le prix se révèle plus élevé.

Campagnes de communication et démarchages

Le Baromètre Energie-Info fait ressortir deux raisons à cette meilleure connaissance des Français à l’ouverture à la concurrence. D’une part, l’arrivée sur le marché de l’énergie de nouveaux venus n’y est pas étrangère (Leclerc par exemple). Les fournisseurs alternatifs d’énergie sont ainsi passé de 15 en 2015 à 30 actuellement.

Ceux-ci ont effectué de nombreuses campagnes de communication, ce qui a eu pour effet une meilleure information des consommateurs. Engie, Direct Energie ou ENI ont ainsi gagné en notoriété spontanée grâce à leurs campagnes de communication. Ce qui explique que les consommateurs soient plus nombreux à connaître au moins un autre fournisseur que le leur.

Mais d’autre part, ce sont les démarchages, souvent intempestifs, des fournisseurs d’énergie qui finissent par les faire connaître. En effet, la fréquence de ces démarchage s’accentue et la concurrence dans ce domaine se fait ressentir. 56 % des foyers déclarent avoir été sollicités, le plus souvent par téléphone (70 %) cette année pour souscrire une offre de marché d’électricité ou de gaz, alors qu’ils n’étaient encore que de 36 % en 2017. Parmi eux, plus d’un tiers se sont fait démarcher par un concurrent de leur fournisseur.

De plus les foyers sont de plus en plus sollicités par des offres commerciales concernant des travaux d’isolation thermique ou d’installation de matériel fonctionnant avec des énergies renouvelables. A tel point qu’ils se sentent parfois « harcelés », notamment au téléphone, vecteur privilégié de ces démarchages (86 %).

Et les compteurs communicants ?

Autre point qui ressort du Baromètre Energie-Info, l’image des compteurs communicants ne s’améliorent pas, loin de là !81 % des Français connaissent désormais Linky, mais 15 % seulement Gazpar. Ils sont de plus en plus à savoir que le changement de compteur est une obligation.

Cependant, si un peu plus de la moitié des foyers (55 % contre 70 % l’an dernier) estiment que ces compteurs vont leur permettre de mieux suivre leur consommation d’énergie, 25 % seulement en espèrent des économies, contre 41 % précédemment. Juste une moitié des ménages restent favorables à leur installation (50 % contre 58 % en 2017). Suppression d’emplois, inutilité, manque de fiabilité et protection des données sont les arguments les plus employés par les détracteurs.

Source : Médiateur de l’énergie

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.