Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Energie : les fournisseurs alternatifs peinent à s’imposer

Fournisseurs alternatifs d'énergie : électricité, gaz

Nous parlions dans un article récent de la fidélité observée des usagers français envers leurs fournisseurs historiques d’énergie : EDF et GDF (maintenant GDF Suez). Mais un sondage réalisé par Opinionway pour le fournisseur alternatif Direct Energie vient une fois de plus souligner la difficulté des concurrents à s’imposer  contre ceux qui détenaient il y a quelques années encore le monopole de la fourniture d’énergie, et nous en donne peut-être un début d’explication.

La réponse à la première question posée « selon-vous, pouvez-vous changer de fournisseur d’électricité ? » surprend déjà : si 61 % savent qu’ils peuvent s’adresser à la concurrence, 24 % déclarent l’ignorer et 15 % « ne savent pas ». Soit près de 40 % qui de toute façon ne s’intéresseraient pas à un fournisseur alternatif. Pour le gaz, c’est encore pire : 58 % déclarent ignorer pouvoir s’adresser à un autre opérateur que l’historique. D’autre part, 46 % des sondés pensent que changer de fournisseur est difficile.

Le marché de l’énergie est pourtant ouvert à la concurrence depuis 3 ans déjà pour les particuliers (5 ans pour les entreprises), mais les fournisseurs alternatifs ne parviennent toujours pas à y trouver leur place. Quant aux opérateurs étrangers, ils n’essaient même pas : découragés entre autres par des tarifs régulés ne leur permettant pas de proposer des offres commerciales compétitives.

Les concurrents d’EDF et de GDF (Poweo, Direct Energie, Enercoop, Altergaz, etc) se partagent actuellement la vente de 5,2 % de l’électricité consommée en France, et 6,3 % du gaz. L’ouverture reste donc très marginale. La loi NOME, actuellement examinée au sénat, pourrait cependant changer la donne : en accordant aux concurrents d’EDF la possibilité d’acheter la production nucléaire de l’opérateur historique à prix coûtant, elle leur permettra peut-être de proposer des offres commerciales plus intéressantes. Cette loi marque en fait une transition, avant que les fournisseurs alternatifs ne développent leurs propres moyens de production.

Bien que les fournisseurs alternatifs misent sur de nouveaux services proposés aux clients, ce nouveau sondage met une fois de plus l’accent sur le fait qu’ils peuvent difficilement parvenir à convaincre quand 40 % de la population ignorent même pouvoir changer d’opérateur.

Sources : Nice-Matin, Enerzine, Usine Nouvelle