Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Et le grand vainqueur du Prix Pinocchio est… Yara !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le Prix Pinocchio 2020, que nous avons annoncé des ces pages, s’est achevé par une remise de prix symbolique au Salon de l’Agriculture. Le prix « le meilleur du pire » a été décerné cette année par les Amis de la Terre et la Confédération Paysanne à la multinationale Yara, fabricant norvégien d’engrais de synthèse.

Yara, vainqueur du Prix Pinocchio

Un premier prix disputé

La lutte a été acharnée pour finalement sacrer Yara championne du greenwashing (ou écoblanchiment) cette année. En effet, deux de trois entreprises nominées sont arrivées dans un mouchoir de poche : Yara a ainsi battu d’une courte tête Lactalis : 40 % pour la première, 39 % pour la seconde. Bigard, troisième nominé, a obtenu les 21 % des voix restant.

Cependant, une recherche complète dans les allées du Salon de l’Agriculture n’a cependant pas permis aux organisateurs du Prix Pinocchio d’y trouver l’entreprise lauréate pour lui remettre son trophée. Yara sait donc se faire discret. Pourtant, elle est présente sur tous les continents avec 16 000 employés, et particulièrement en France, premier consommateur européen de ce type d’intrants. La multinationale y compte d’ailleurs trois sites de production

Le Prix Pinocchio pour une entreprise discrète

Mais, note les Amis de la Terre, « Yara, très peu connue du grand public, est l’incarnation parfaite de la multinationale qui avance ses pions masquée. L’agriculture ‘intelligente face au climat’ qu’elle promeut n’est autre qu’une agriculture basée sur l’utilisation intensive d’intrants chimiques, au détriment de la santé, des écosystèmes et du climat. Les engrais chimiques sont une source majeure d’émissions de gaz à effet de serre et un facteur de spécialisation des territoires ».

Selon une étude menée par l’organisation, la multinationale a vu ses émissions de gaz à effet de serre augmenter de 20 % entre 2009 et 2017. Car la fabrication d’engrais chimiques nécessite de l’hydrogène produit, dans son cas, à partir d’énergies fossiles. Yara est ainsi le premier acheteur de gaz fossile en Europe. Que ce soit dans les étapes de fabrication en usine, ou dans les champs, les engrais chimiques sont également responsables d’émissions de protoxyde d’azote, d’ammoniac et de pollutions de l’eau par les nitrates.

Cette année, 12 800 personnes ont voté pour désigner la pire multinationale en matière de greenwashing. Le choix de Yara a cependant surpris. Ainsi Anne-Laure Sablé, porte-parole des Amis de la Terre commente : « C’était une surprise que ce soit Yara qui recueille le plus de voix, mais c’est un signe que les citoyens s’intéressent de près à la production agricole ».

Sources : Les Amis de la Terre, Le Monde

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Et le grand vainqueur du Prix Pinocchio est… Yara !”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.