Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

FEE : Bilan du premier semestre pour l’énergie éolienne et perspectives

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

2014 a été marqué par un rebond de l’énergie éolienne en France et les premiers chiffres du semestre 2015 écoulé confirme cette avancée avec plus de 500 MW raccordés, des chiffres en ligne avec une prévision annuelle de 1 200 MW installés. C’est aussi, pour France Énergie Éolienne (FEE) qui dresse ce bilan, « le signe de l’engagement des industriels pour la réussite de la transition énergétique en France, dans une année marquée par de nombreux chantiers énergétiques et climatiques. »

Eoliennes terrestres en fonctionnementA 6 mois de la COP 21, et en plein débat parlementaire autour de la loi sur la transition énergétique, FEE fait le point sur les chiffres d’installations éoliennes en France et constate que les 523 MW d’ores et déjà raccordés depuis le début de l’année portent le parc éolien à 9 713 MW à ce jour. « Après 4 années de baisse des nouvelles installations, 2014 marquait déjà un rebond pour l’énergie éolienne en France. La dynamique se poursuit en 2015 grâce à l’engagement des professionnels et la confiance que nous accordent les élus locaux et les citoyens, » explique Frédéric Lanoë, président de France Énergie Éolienne. « À 6 mois de la COP21 de Paris, c’est un signe particulièrement positif de la prise de conscience globale des Français vis-à-vis des enjeux énergétiques et climatiques. »

Mais au-delà de ces chiffres, il reste, selon l’association, « des chantiers à mener pour une France de l’énergie modernisée » : système de rémunération, réforme du marché, radars et recours… Bien que la France détienne le second potentiel européen (après le Royaume-Uni), de nombreuses incertitudes pèsent encore  sur le développement à moyen et à long terme de l’énergie éolienne. FEE rappelle que les objectifs d’énergies renouvelables fixés dans le projet de loi Transition Energétique sont de 23 % en 2020 et 32 % en 2030 : « Pour les atteindre, c’est 1600 MW éoliens qui devraient être raccordés chaque année, des objectifs qu’il nous faudrait doubler à partir de 2020. Ces chiffres sont à mettre en perspective avec les résultats de nos voisins allemands qui visent une capacité annuelle installée de 5 000 MW pour 2015 » rappelle Frédéric Lanoë. « Nous pouvons y parvenir, à condition que le volontarisme politique reste dans la ligne des mesures particulièrement favorables prises dès 2013 avec la loi Brottes. Le contexte est porteur: projet de loi pour la Transition énergétique, Programmation Pluriannuelle de l’Énergie, COP21… les occasions de faire progresser les énergies renouvelables en France ne manquent pas. »

FEE demande donc le maintien du tarif d’achat réglementé dans l’attente d’une réforme du marché de l’électricité, la simplification d’une autorisation unique et la réforme du contentieux administratif de l’environnement. Elle aspire de plus à un accord et à un équilibre satisfaisant pour les deux parties pour la cohabitation des éoliennes avec l’Armée dans l’espace aérien.

Pour l’éolien en mer, l’objectif de 6 GW à l’horizon 2020 est hors de portée puisque 3 GW seulement sont distribués et la France poursuit un développement moins rapide que ses voisins, alors que, pour FEE, le potentiel est prometteur : « La France est la deuxième puissance maritime du monde avec 11 millions de km2. Pourtant, nos objectifs en termes de développement de l’éolien en mer sont plus de deux fois inférieurs à ceux de l’Angleterre ou de l’Allemagne ! » s’inquiète Frédéric Lanoë. « La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie en cours d’élaboration pourrait, dès demain, permettre de fixer des objectifs plus ambitieux. Les professionnels sont en ordre de bataille pour contribuer à les atteindre. 10 000 emplois sont en jeu ! »

Malgré le lancement de l’appel à projets éolien flottant ce mois-ci et la perspective du troisième appel d’offres éolien en mer posé, l’association estime que la filière manque de visibilité pour les années à venir : « France Énergie Éolienne propose de fixer un objectif de 15 GW d’éolien en mer posé et 6 GW d’éolien flottant construits à horizon 2030. Quant à l’éolien terrestre, les objectifs de la profession sont de 40 GW d’ici à 2030. »

Source : FEE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “FEE : Bilan du premier semestre pour l’énergie éolienne et perspectives”

  1. C’est encourageant de voir que les énergies renouvelables prennent une place de plus en plus importante. L’énergie solaire a elle aussi évolué par rapport à 2013, pourvu que cela dure !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.