Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Fiabilité métrologique des compteurs communicants : En France, pas de doute sur Linky

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Pour répondre à l’étude néerlandaise, dont nous nous sommes fait l’écho dans ces pages, sur le manque de fiabilité des compteurs communicants déployés aux Pays-Bas, Enedis et les constructeurs de compteurs Linky, utilisés en France, ont publié un communiqué de presse : « Les constructeurs de compteurs communicants de type Linky confirment la fiabilité métrologique des compteurs communicants actuellement déployés sur le territoire français »  expliquant que ceux-ci ne sont en aucun cas concernés par cette étude, car ils ne fonctionnent pas avec les systèmes incriminés.

fiabilité des compteurs communicantsLes fabricants (Sagemcom, Itron, Landis+Gyr, Ziv, Cahors et Elster) expliquent en effet que l’étude néerlandaise met en cause l’effet Hall et l’effet Rogowski pour le comptage des données de consommation électrique, or Linky n’utilise aucun de ces systèmes et fonctionne selon deux principes différents : « Les constructeurs Sagemcom, Itron, ZIV et Elster développent des compteurs Linky qui n’utilisent pas de capteurs à effet Hall ou Rogowski pour l’acquisition métrologique, car ils reposent sur une mesure réalisée via un « shunt » (résistance de faible valeur) pour les compteurs monophasés et/ou un transformateur de courant pour les compteurs triphasés. Le constructeur Landis+Gyr utilise une méthode différente de mesure basée sur une solution Embedded Coil qui garantit l’ensemble des exigences légales métrologiques pour toutes les conditions représentatives du terrain. »

Le communiqué poursuit sur les normes européennes  (MID : directive européenne sur les instruments de mesure : seuls les compteurs conformes à cette directive peuvent être utilisés pour facturer l’électricité) respectées par les compteurs communicants déployés en France, mais on peut supposer que les compteurs développés aux Pays-Bas y répondent aussi. Cependant, les constructeurs précisent qu’Enedis a imposé de plus des « essais d’immunité aux perturbations conduites en mode différentiel avec une gamme de fréquence 2-150kHz » afin de respecter la norme EN 61000-4-19, qui « fait référence au rapport technique CLC/TR 50579, et permet de s’assurer que les dispositifs de commutation, telles les ampoules à basse consommation ou LED, sont parfaitement intégrées et comptabilisées par les compteurs. » C’est particulièrement ce dernier point qui était relevé dans l’étude néerlandaise.

Enfin, tous les compteurs destinés à la France ont été certifiés par le LNE (Laboratoire national de métrologie et d’essais). Actuellement trois millions de compteurs communicants de type Linky ont déjà été déployés en France.

Source : Communiqué de presse

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Fiabilité métrologique des compteurs communicants : En France, pas de doute sur Linky”

  1. du 22 février au 11 mars j’ai consommé autant de courant que la quinzaine précédente période pendant laquelle la consommation était normale pour une période d’hiver). Hors j’avais arrêté et débranché tous les appareils électrique à l’exception de deux réfrigérateurs et d’un congélateur.
    les radiateurs dans la zone jour ont été programmé à une température de 12 à 14 ° et la zone nuit n’est pas chauffée. il est donc matériellement impossible de constater une consommation telle que celle enregistrée par linky. ce type de compteur n’est donc absolument pas fiable

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.