Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le Filet Sécurité Bretagne : une nouvelle liaison électrique inaugurée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Filet sécurité BretagneLe 15 janvier, RTE (Réseau de Transport d’Electricité) a inauguré une nouvelle liaison électrique souterraine, le Filet Sécurité Bretagne, qui permet d’envisager « la fin de la fragilité électrique de la région. »

76 km de liaison souterraine

Cette nouvelle liaison électrique souterraine à 225 000 volts compte 76 km – un record en France – entre Lorient et Saint-Brieuc. Ce Filet Sécurité marque, selon RTE, « une étape essentielle à la sécurisation de la région. » Il répond aux besoins spécifiques de la Bretagne : une augmentation de la consommation électrique ces 10 dernières années, un déficit de production d’électricité et une situation géographique péninsulaire. Ce projet facilitera de plus  l’accueil sur le réseau d’énergies renouvelables, terrestres et maritimes. Dans la région, les énergies marines sont en plein essor, incluant notamment les soixante-deux éoliennes du parc en mer de Saint-Brieuc, qui sera mis en service à horizon 2023.

EcoWatt activé chaque hiver

Pour pallier les inquiétudes de coupure de courant des Bretons, RTE a mis en place depuis 2008 le système EcoWatt, qui encouragent aux économies d’énergie en envoyant des mails ou des SMS aux personnes inscrites lors des pics de consommation. Les usagers, ainsi prévenus, peuvent alors prendre des mesures pour réduire leur consommation d’électricité (en différant par exemple la mise en marche du lave-linge, du sèche-linge ou encore du four, ou en réduisant provisoirement le chauffage électrique). Ce système a un impact sur 1,5 % à 2 % de la consommation, que RTE qualifie de « non-négligeable. »

Un tracé concerté

Le tracé du Filet Sécurité Bretagne a constitué toute une aventure, dont RTE souligne trois points marquants :

  • la concertation : le Filet Sécurité Bretagne traverse des terres agricoles sur plus de 75 % de sa longueur. La concertation avec les quelque 400 exploitants agricoles concernés et les 130 directement situés sur le tracé de la ligne s’est donc révélée capitale : « Cette grande anticipation, dès le choix du fuseau de moindre impact [bande de passage d’environ 100 à 300 mètres de large] a permis de faire connaître le projet et de recueillir des informations précieuses sur les zones humides, les zones érosives » indique Bertrand Bourdon, responsable de projet.
  • la technique : le déroulement de 228 km de câbles sous terre a nécessité le passage de plusieurs zones humides et le franchissement de cours d’eau. « La ligne en traverse 56 : 10 en forage dirigé, 13 franchis sans impact, sous ou sur la buse du cours d’eau et 32 franchis en tranchée ouverte. »
  • la gestion environnementale, et notamment de la biodiversité. Une pratique novatrice a été initiée : « Les intervenants ont été formés à la manipulation des espèces locales protégées présentes dans les zones humides. » Ainsi, explique RTE, « Si d’aventure quelque batracien tombait, la nuit, au fond de la tranchée, les intervenants étaient équipés et prompts à récupérer ces égarés afin de les remettre dans le droit chemin. Soit en toute sécurité, du bon côté de la tranchée !« 

Les deux péninsules énergétiques que sont la Bretagne et la région PACA bénéficient donc maintenant chacune d’un Filet Sécurité, puisque le Filet Sécurité Provence-Alpes-Côtes-d’Azur, qui a mis un terme à la fragilité électrique de la PACA, a été réalisé en 2015.

Sources : RTE, Le Monde

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.