Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Filière éco-électrique : l’efficacité énergétique, levier de la transition énergétique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Cinq organisations professionnelles du secteur électrique, regroupée en filière éco-électrique (FFIE, FGME, Gimelec, Ignes et Serce) viennent de publier une étude sur l’efficacité énergétique dans le secteur du bâtiment, L’efficacité énergétique, levier de la transition énergétique, qui se veut un « outil d’aide à la décision des pouvoirs publics » et une contribution au débat national sur la transition énergétique.

immeuble nuitLa filière éco-électrique représente un bloc de compétences allant de la recherche à la fabrication, l’intégration, l’installation et la maintenance de solutions chez le consommateur final. L’étude s’attache à chercher dans le bâtiment les solutions d’efficacité énergétique à mette en œuvre et à apporter des éléments de réponse en répondant à deux questions : quelles sont les méthodes d’efficacité énergétique les plus performantes et rentables et quels sont les types de bâtiment à cibler en priorité.

L’efficacité énergétique recouvre, selon la filière, trois approches qui peuvent se combiner à volonté : l’approche thermique (efficacité énergétique passive), l’approche des rendements des équipements techniques et l’approche systémique et globale de gestion de l’énergie, centrée sur le pilotage de l’ensemble des consommations énergétiques du bâtiment, dite efficacité énergétique active, sur laquelle porte l’étude.  L’étude a pour objectif de mesurer et de valider le potentiel d’économies d’énergie (et de réduction de CO2) ainsi que la soutenabilité économique des solutions pour les particuliers, mais aussi pour les entreprises et l’état.

Elle aboutit à plusieurs conclusions. D’abord, il existe un potentiel massif d’économies d’énergie, encore appelé à croitre :

Le déploiement des principales solutions d’efficacité énergétique active dans l’ensemble du parc français (bâtiments résidentiels et tertiaires) permettrait dans l’absolu de générer entre 13 et 20 milliards d’euros d’économies annuelles, à comparer aux 61 milliards d’euros de la facture énergétique nationale en 2011.

Il s’agit donc là d’une gestion supprimant le gaspillage grâce à un pilotage automatisé des énergies du bâtiment en fonction de ses usages. L’étude y voit un « potentiel dynamique et croissant. »

De plus l’efficacité énergétique active constitue un axe stratégique d’investissements productifs :

L’efficacité énergétique active ne se heurte pas à un « mur d’investissement » infranchissable. Les solutions étudiées se caractérisent par de faibles investissements unitaires et des temps de retour sur investissement courts, même sans aide d’Etat spécifique.

La filière estime le temps de retour sur investissement moyen pour les parcs résidentiels et tertiaires à 7 ans.

Ensuite, l’efficacité énergétique active représente un élément décisif au niveau budgétaire et environnemental : en effet, ces solutions affichent un temps de retour sur investissement compris entre 3 et 13 ans et les économies générées permettent de dégager des capacités de financement pour à nouveau investir dans d’autres actions d’efficacité énergétique.

Les actions ciblées permettent d’autre part d’obtenir rapidement des résultats conséquents :

L’étude fait apparaitre des cibles prioritaires : les immeubles tertiaires et notamment, les bureaux, les commerces et les établissements d’enseignement. Grâce à leur capacité à être pilotés avec précision par zones d’usages bien distincts, ces bâtiments offrent des potentiels de gains immédiats et significatifs, avec des temps de retour sur investissement courts.

Il ne faut pas pour autant oublier les bâtiments résidentiels car les solutions d’efficacité énergétique peuvent avoir un impact important sur la facture des ménages, grâce à des investissements parfois très faibles, et sans effet rebond. Mais « le potentiel d’économies d’énergie de l’ensemble des solutions d’efficacité énergétique dans les bâtiments résidentiels est plus difficile à modéliser sur la totalité du parc. »

L’efficacité énergétique active est donc aussi un levier essentiel de la transition énergétique française, selon l’étude :

Permettant d’éviter l’émission de 26,7 millions de tonnes de CO2 chaque année (soit 7,5% des 357 millions de tonnes émises chaque année, le déploiement massif des solutions d’efficacité énergétique active étudiées remplira une part importante des engagements de la France en matière de réduction de ses émissions de CO2.

Son déploiement massif permettrait en outre de freiner considérablement la hausse annoncée du coût des énergies et contribuerait à préserver la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des ménages.

L’efficacité énergétique active est de plus créatrice d’emplois qualifiés non délocalisables, et « ces emplois supplémentaires permettront de renforcer une filière d’excellence qui bénéficie d’un écosystème complet de TPE, PME, ETI et grands groupes. »

Enfin la transition énergétique est mondiale, ce qui est une opportunité pour la France et sa filière éco-électrique car « les solutions et compétences de la filière sont exportables dans le cadre de la transition énergétique mondiale et représentent pour la France une opportunité de reconquête industrielle et commerciale à l’international. »

L’étude émet trois recommandations : passer d’une culture de l’obligation de moyens à une culture de résultats vérifiables et mesurables, garder une « neutralité fiscale et réglementaire vertueuse » qui permettra d’accélérer l’adoption des solutions les plus compétitives, et territorialiser les politiques publiques d’éco-énergie pour favoriser la création d’emplois associés au déploiement de l’efficacité énergétique active.

Source : La filière éco-électrique

 

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.