Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Fonte des glaces : le pire scénario du GIEC se réalise

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Selon une étude dirigée par l’Université de Leeds (Royaume-Uni), le taux de fonte des glaces a augmenté de 65 % en 30 ans, suivant ainsi le pire des scénarios envisagés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce taux est passé de 800 milliards de tonnes par an dans les années 90 à 1 300 milliards en 2017. Et ce phénomène concerne aussi bien les glaciers de montagne que les calottes polaires.

Pire scénario de fontes des glaces

Une fonte des glaces visible partout

L’étude, parue dans la revue The Cryosphere, se fonde sur les observations par satellite qui représentent la meilleure méthode pour suivre la perte de glace au cours des années. À l’aide de ces modèles, les auteurs montrent que la Terre a perdu 28 000 milliards de tonnes de glace depuis 1994, soit « l’équivalent d’une couche de glace de 100 mètres d’épaisseur recouvrant tout le Royaume-Uni », précise les chercheurs.

Et ce phénomène atteint toutes les régions du monde : la glace de l’océan Arctique (7 600 milliards de tonnes), les plates-formes de glace (6 500), les glaciers de montagne (6 100), le Groenland (3 800), les calottes glaciaires de l’Antarctique (2 500) ou la glace de mer de l’Antarctique (900). 3,2% de l’excès d’énergie que la Terre a absorbé en raison du réchauffement climatique ont suffi pour provoquer cette fonte des glaces.

Le pire des scénarios du GIEC

La hausse des températures atmosphériques et océaniques – celle de l’atmosphère est de 0,26 °C par décennie – ont donc entraîné les pertes les plus importantes dans l’océan Arctique et dans l’Antarctique, ainsi que pour les glaciers des montagnes. « Les calottes glaciaires suivent maintenant les pires scénarios de réchauffement climatique établis par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Une augmentation du niveau des océans de cette ampleur aura des impacts très graves sur les communautés côtières durant ce siècle », précise Thomas Slater, l’auteur principal de l’étude.

Cette fonte des glaces a déjà provoqué une élévation du niveau des mers de 35 millimètres. Et « on estime que chaque centimètre de hausse du niveau de la mer menace de déplacement environ un million de personnes habitant sur des terres peu élevées », indique l’étude. Et l’année 2020 a été une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde…

Sources : BFMTV, Futura Sciences

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.