Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Du gaz 100 % renouvelable en 2050 ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Dans le cadre de son exploration des trajectoires pour le futur énergétique français, l’ADEME publie une étude sur le gaz vert : Un mix de gaz 100 % renouvelable en 2050 ? Les conclusions en révèlent la possibilité : le gisement potentiel théorique de gaz renouvelable pourrait effectivement répondre à la demande, moyennant quelques évolutions des infrastructures et une complémentarité à développer entre gaz et réseau électrique.

Le potentiel de production de gaz renouvelable

L’étude évalue le potentiel  de production de gaz de trois ressources renouvelables :

  • la méthanisation – production de méthane en utilisant des micro-organismes qui dégradent la matière organique ;
  • la pyro-gazéification – production de méthane à partir de matières organiques, principalement du bois, par un processus thermodynamique ;
  • le power-to-gas – production de méthane par électrolyse de l’eau en utilisant de l’électricité renouvelable et méthanation de l’hydrogène produit, en présence de dioxyde de carbone.

L’ADEME définit quatre scénarios, dont l’un correspond à une demande en gaz augmenté et un autre à des ressources difficilement mobilisables, afin d’évaluer les différentes hypothèses. Mais elle table plutôt globalement sur une diminution des besoins en raison des gains en efficacité dans les bâtiments et l’industrie

460 TWh de gaz renouvelable, économe en CO2

Selon les conclusions, « le potentiel théorique de ressources primaires identifié pourrait produire jusqu’à 460 TWh de gaz renouvelable injectable. » Il se compose de 30 %de gaz produit par la méthanisation, 40 % par la filière pyro-gazéification et 30 % par le power-to-gas. « Le potentiel de 460 TWh de gaz renouvelable injectable est suffisant pour satisfaire la demande de gaz à l’horizon 2050 » estime l’étude qui précise que la demande de gaz, dans les scénarios définis, va de 276 à 361 TWh.

Le coût total du MWh consommé comprend les coûts de production et les coûts de réseau et de stockage, qui varient selon les scénarios. Ils seraient compris entre 116 et 153 € par MWh. « Ces coûts sont comparables aux 120  à  130  €/MWh évalués pour l’électricité dans l’étude Un mix électrique 100 % renouvelable ?« estime l’ADEME.

Mais cela permettrait d’autre part d’éviter les émissions directes d’environ 63 tonnes équivalent CO2 par an, « ce qui représente 12,6 milliards d’euros pour une valeur tutélaire du carbone de 200 €/tonne de CO2 en 2050. ».

Des évolutions nécessaires pour un gaz 100 % renouvelable

L’étude montre que la production massive de gaz renouvelable impliquera une gestion plus décentralisée du réseau qu’aujourd’hui. Cela comporte :

  • la collecte de majeure partie des ressources disséminée en zone rurale, mais la construction de ces réseaux de collecte représentera un faible coût global (2 % à 3 %) ;
  • l’anticipation et l’optimisation de solutions technologiques existant déjà pour rendre le réseau de gaz bidirectionnel qui permettront de maîtriser les coûts ;
  • les infrastructures de transport et de stockage qui restent des éléments-clés.

Au-delà du système gazier, d’autres changements se révèleront nécessaires dans le système agricole, dans le système forestier et l’industrie du bois.

Une complémentarité gaz/électricité

Enfin la complémentarité du réseau gaz avec le réseau électrique constitue un facteur-clé de l’atteinte d’un mix énergétique fortement renouvelable.

« Le power-to-gas permettra d’apporter un stockage inter-saisonnier de l’électricité et  une optimisation géographique du système électrique via les infrastructures de transport et de stockage du réseau gazier. Il permettra également de fournir une source supplémentaire de gaz renouvelable pour le vecteur gaz (de 34 à 135 TWh).

Le gaz renouvelable contribuera à l’équilibre du système électrique fortement renouvelable avec des centrales thermiques de pointe alimentées par du gaz renouvelable (de 10 à 46 TWh selon les scénarios). »

Source : ADEME

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.