Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

GDF-Suez a des ambitions dans les énergies marines renouvelables

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Dans le cadre du développement du groupe dans les énergies renouvelables, GDF-Suez a décidé d’étudier très sérieusement deux projets sur les plus importants gisements hydroliens français : le Raz-Blanchard en Basse-Normandie (voir à ce propos notre article du 04/06/2012) et le passage de Fromveur au large de la Bretagne. Le groupe vise à travers ces projets à installer et exploiter dès 2015 des unités de production hydrolienne sur ces zones et à devenir « un acteur de référence dans les énergies marines renouvelables. »

HydrohelixSelon l’Ifremer, la France possède le deuxième potentiel hydrolien en Europe après le Royaume-Uni. Or, ces deux zones concentrent 80 % du potentiel énergétique d’exploitation des courants marins en France. A lui seul, le Raz Blanchard concentre 50 % du potentiel hydrolien national. GDF-Suez envisage d’y installer dès 2015 un parc pilote de 3 à 6 turbines d’une puissance de 3 à 12 MW, et cherche actuellement à obtenir les autorisations nécessaires. Il l’équipera d’hydroliennes « HyTide » conçues par le fabricant Voith Hydro. « Ce parc est une étape indispensable pour confirmer la viabilité technique et économique des technologies, et construire à terme un parc industriel d’une centaine d’hydroliennes sur cette zone. » Le parc de Fromveur, qui constitue le deuxième gisement hydrolien français, ferait partie d’une deuxième étape et pourrait être opérationnel dès 2016. Le groupe précise qu’il « s’est mobilisé pour étudier les opportunités du développement de l’hydrolien. »

Eole Génération, filiale de GDF-Suez, a donc été missionnée par le groupe pour développer des sites hydroliens en France « en veillant à l’acceptabilité des projets et en concertation avec les pêcheurs et les autres parties prenantes » :

GDF SUEZ et Eole Generation vont donc mobiliser l’ensemble des acteurs afin de favoriser et de participer à l’émergence d’une filière industrielle hydrolienne française pouvant bénéficier à l’économie et à l’emploi local (construction de sous-ensembles, assemblage, installation, maintenance…).

Le groupe rappelle qu’il dispose actuellement de 10 000 MW de capacités électriques en France,  dont près de 50 % dans les énergies renouvelables car il en fait l’un des axes majeurs de son développement. Il est actuellement leader de l’éolien terrestre, avec plus de 1 000 MW en exploitation, et deuxième producteur hydraulique avec 3 800 MW installés.

Source : GDF-Suez, Pierre Hautefeuille (image)

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.