Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Gel des nouveaux projets photovoltaïques. Pour éviter une hausse des prix de l’électricité ?

Professionel secteur photovoltaiqueUne réunion interministérielle consacrée à la filière photovoltaïque a réuni jeudi 2 décembre, outre le Premier Ministre François Fillon, Alain Juppé, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christine Lagarde, François Baroin, Bruno Le Maire, Eric Besson et Marie-Luce Penchard. La principale décision qui en sorti est un moratoire de 4 mois sur les nouveaux projets photovoltaïques. Les petites installations de moins de 3 kWc ne sont pas concernés par cette décision. Le gouvernement estime en effet :

Cet essor du photovoltaïque en France, nettement plus rapide que prévu, a cependant un coût pour la collectivité et pour le consommateur final d’électricité, car il repose sur un tarif de rachat de l’électricité très favorable aux producteurs. Il convient donc de définir un nouvel équilibre pour mettre fin à la création d’une véritable bulle spéculative.

et d’ajouter :

Le nombre de projets déjà enregistrés dépasse largement l’objectif fixé par le Grenelle et justifie la définition d’un nouveau cadre.

Le gouvernement souhaite aussi profiter de ce moratoire pour faire émerger en France une filière industrielle, considérant que la politique tarifaire française bénéficie trop aux industriels étrangers :

Parallèlement, Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET et Eric BESSON réuniront les industriels du secteur pour élaborer un plan permettant de favoriser les technologies innovantes. L’effort national en faveur du développement de ces énergies doit se doubler d’une politique de développement de la filière en France, afin d’aider les industriels à répondre à la demande des consommateurs avec des produits compétitifs, de qualité et eux-mêmes respectueux de l’environnement, à destination du marché français mais aussi pour l’exportation. Le développement de la filière doit se traduire par un bénéfice non seulement en termes d’environnement mais aussi en termes d’emploi.

Les réactions dans la profession sont déjà nombreuses.

Ainsi Hespul et le CLER ont réagi et publié eux aussi un communiqué :

En décidant hier de suspendre pour quatre mois les tarifs d’achat photovoltaïque, sauf pour les petits systèmes chez les particuliers, le Gouvernement opère un choix contradictoire avec ses objectifs. Il prend surtout le risque réel de tuer dans l’œuf une filière en plein développement et plus encore de mettre la France définitivement hors course.

et de s’en prendre aux installations de moins de 3 kWc :

Rappelons que les petits systèmes (moins de 3 kWc) sont ceux qui coûtent le plus cher par kWh produit. C’est en grande partie le cumul d’un tarif d’achat élevé et d’un crédit d’impôt inutilement généreux qui est à l’origine de la fameuse « bulle spéculative » que l’on souhaite crever.

Cette position n’est pas du goût de tous les acteurs et de nombreuses réactions se font jour sur le très actif forum-photovoltaïque.

Au-delà de ce communiqué lapidaire et consternant, ce qui m’inquiète c’est le risque d’absence de cohésion entre tous les représentants de la filière PV qui vont être appelés à la concertation prévue sur les 4 mois à venir. Il faudrait vraiment que les syndicats et associations élaborent ensemble des propositions communes pour sauver la filière, mais est-ce que les SER, ENERPLAN, SOLER, CER, HESPUL, APESI, GPPEP ont envie de surmonter leurs antagonismes ? je redoute que cela se passe comme pour les retraites cad que la concertation se limite à l’audition séparée des acteurs du PV, tout étant déja décidé à l’avance (le rapport Charpin, vous connaissez ?)

Ce qui est certain, c’est qu’à une semaine du salon Energaia à Montpellier, qui doit réunir les principaux professionnels du secteur, cette annonce risque quelque peu de refroidir l’atmosphère…

Source : Communiqué de presse du premier Ministre, Forum photovoltaïque, communiqué Hespul-Cler

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Gel des nouveaux projets photovoltaïques. Pour éviter une hausse des prix de l’électricité ?”

  1. Le gouvernement prévoit 5400 Mwc de PV pour 2020 qui produira environ 5,4 TW/H , occupera une surface de 5.400 hectares le tout pour moins de 1% du potentiel électrique français actuel
    Quel cout pour l’ achat et la mise en place de ces 5400 MWc , le démantelement des installations,situées pour beaucoup sur des maisons particulières et leur recyclage tous les 25 ans environ ? Les panneaux PV sont importés à 100 % . Notre balance commerciale déja ultra déficitaire a t elle besoin de cette charge supplémentaire ?
    Un générateur PV nécessite pour sa fabrication 40 % de l’ énergie qu’ il produira durant son existence (moyenne française), et la production des wafers de silicium nécessaires est l’ une des industries les plus polluantes qui soit.
    Cet engouement est lié à un effet d’ aubaine , certainement passager car financé, en partie par un impôt prélevé sur les factures EDF (Plus de 2 Milliards), en partie par EDF pour un montant budgeté à 3 Milliards € environ
    Ce modèle de développement basé sur des subventions et des impots est un non sens économique, couteux, insignifiant au niveau des besoins en électricité, et ne participant en rien à un développement industriel puisque 100 % dépendant de l’ importation de produits PV

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.