Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

GIEC : Un rapport spécial examiné par l’ONU

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les experts du GIEC ont présenté au Nations Unies le rapport spécial sur l’objectif de 1,5° de limitation du réchauffement climatique, par rapport à l’ère préindustrielle. L’ONU,  lors de la COP21 (Paris, 2015) les avaient chargés d’évaluer les travaux scientifiques consacrés au réchauffement climatique dans ce rapport, intitulé Réchauffement de la Planète à 1,5° C.

Rapport spécial sur l'objectif 1,5°

Un rapport spécial commandé en 2015

Les 86 experts du GIEC, issus de 39 pays (la France compte 4 auteurs parmi eux), ont passé en revue des milliers d’études scientifiques parues ces dernières années, pour détailler dans ce rapport les conséquences attendues d’un réchauffement de la planète à 1,5° et à plus par rapport aux niveaux préindustriels et « les risques associés à une telle augmentation de température« .

Commandé lors de l’Accord de Paris, ce rapport avait une échéance précise : fin 2018. Il s’agit de la date à laquelle les pays sont invités à revoir à la hausse leurs ambitions en matière de gaz à effet de serre, dans le cadre des négociations de l’ONU sur le climat (COP24 à Katowice en Pologne, début décembre).

« Il y a trois ans, il n’y avait pas beaucoup de littérature scientifique sur un réchauffement à 1,5°C, » explique Jim Skea, professeur à l’Imperial College de Londres et coprésident du Giec.

Maintenir la hausse à 1,5°C

Le rapport se concentre sur les scénarios en prenant en compte différentes trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre, compatibles avec l’objectif 1,5°. Il détaille pour chacune les bénéfices et les risques en fonction des options retenues. « Cette décennie est celle de la croisée des chemins. Tout dépendra des choix collectifs et individuels pris à court terme, et non pas dans un futur lointain« , analyse Valérie Masson-Delmotte, climatologue et coprésidente du groupe de travail numéro un du Giec (Étude des principes physiques du climat). « Nous ne disons pas qu’il est trop tard pour agir, mais qu’il faut accélérer un effort encore trop balbutiant pour espérer rester sous la barre de 1,5°C. Même si la température est stabilisée, le niveau de la mer continuera à monter inexorablement forçant des millions de personnes à se déplacer« .

Le texte de 400 pages décrit une nette différence d’impact si on arrive à maintenir la hausse à 1,5°, par rapport à 2°. Mais est-il encore envisageable de maintenir l’augmentation de la température en-dessous de 1,5°C ? « On ne donne pas de réponse simple« , prévient Valérie Masson-Delmotte. Mais « on est maintenant à la croisée des chemins. Regarder 1,5°C, c’est regarder ce qui va nous arriver, dans notre vie, pas à la génération suivante. »

Pour stabiliser l’augmentation à 1,5°, le texte est clair : il faut arriver à une neutralité d’émissions de gaz à effet de serre au milieu du siècle. C’est à dire ne pas émettre dans l’atmosphère plus que ce que nous sommes capables d’en retirer. Les trajectoires compatibles avec 1,5° mentionnent les « techniques d’extraction de CO2 de l’atmosphère » comme incontournables.

Un résumé à approuver

« La science nous avertit de la gravité de la situation, mais la science aussi, et particulièrement au sujet de ce rapport spécial, nous aide à comprendre les solutions à notre disposition« , a déclaré le président du GIEC, Hoesung Lee. « Ensemble, nous produirons un résumé clair, et solide à l’intention des décideurs politiques, qui répond à l’invitation des gouvernements il y a trois ans tout en respectant l’intégrité scientifique du GIEC. »

Mais il reste encore des inconnues. La réaction des Etats, appelés à approuver par consensus le « résumé à destination des décideurs » constitue la première. L’autre est la réaction américaine. Avec un président climato-sceptique, « Les États-Unis pourraient soutenir la science, comme ils l’ont fait dans le passé, ou se mettre à faire de l’obstruction« , dit un auteur sous couvert d’anonymat. « Toutefois, souligne Valérie Masson-Delmotte, quand un pays n’est pas d’accord, son nom est inscrit en bas de page et il est rare qu’un gouvernement accepte d’être ainsi épinglé. »

Réunis à Incheon, en Corée du Sud, les 193 Etats doivent se mettre d’accord dans la semaine.

Sources : ONU, AFP, Novethic

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.