Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les insectes : une première autorisation de l’Efsa dans l’alimentation humaine

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a rendu un avis favorable à l’utilisation d’insectes dans l’alimentation humaine. Elle vient d’achever une première évaluation d’une proposition de produit alimentaire dérivé d’insectes, étape nécessaire dans la réglementation des nouveaux aliments. Cette dernière porte sur les larves de ténébrion meunier, autrement dit les « vers de farine ». Les avis scientifiques de l’Agence apportent une aide aux responsables politiques européens et nationaux qui autorisent ces produits pour le marché européen.

Insectes nouvel aliment : vers de farine

Des demandes d’autorisation de nouveaux aliments en nombre

Depuis l’entrée en vigueur du règlement sur les nouveaux aliments le 1er janvier 2018, l’EFSA a reçu un grand nombre de demandes d’autorisation. Elles couvrent une large variété de sources alimentaires nouvelles et traditionnelles. Il s’agit notamment de produits à base de plantes, d’aliments à base d’algues et de fruits exotiques, en plus d’une série de variétés d’insectes comestibles.

Selon Helle Knutsen, biologiste moléculaire et toxicologue et expert à l’Efsa, « les demandes de nouveaux aliments sont si variées que nous avons besoin de nombreux types d’expertise scientifique pour les évaluer : nutrition, toxicologie, chimie et microbiologie, pour n’en citer que quelques-uns ».. Mais ce travail a abouti et le premier avis sur les insectes en tant que nouveaux aliments a été adopté le 13 janvier dernier.

Le ténébrion meunier, nouvel aliment à destination de l’alimentation humaine

Ermolaos Ververis est chimiste et chercheur en science alimentaire à l’EFSA. Il a coordonné ce premier avis et précise que « Les formulations des insectes peuvent être riches en protéines, bien que les véritables niveaux de protéines puissent être surestimés lorsque la chitine, un composant majeur de l’exosquelette des insectes, est présente. De manière critique, de nombreuses allergies alimentaires sont liées aux protéines. Nous évaluons donc si la consommation d’insectes pourrait provoquer des réactions allergiques. Elles peuvent être causées par la sensibilité d’un individu aux protéines d’insectes, par une réactivité croisée avec d’autres allergènes ou par des allergènes résiduels provenant d’aliments pour insectes, par exemple le gluten ».

Les nouveaux aliments suscitent un vif intérêt de la part du public. L’utilisation d’insectes dans l’alimentation présente des avantages environnementaux et économiques. Dans l’immédiat, l’Efsa donne en tout cas son feu vert pour ce qu’on appelle communément le « ver de farine ». Il s’agit des larves de plusieurs espèces d’insectes coléoptères de la famille des Tenebrionidae, et plus particulièrement du ténébrion meunier. Ce dernier fait déjà l’objet d’élevage, car il est utilisé comme appât et entre déjà dans des produits d’alimentation animale.

Des réactions possibles chez les sujets allergiques aux crustacés

Le nouvel aliment est donc « le ver de farine jaune séché thermiquement, soit sous forme d’insecte séché entier, soit sous forme de poudre ». Les principaux composants de ce nouvel aliment sont les protéines, les graisses et les fibres (chitine). Les niveaux de contaminants présents dépendent des niveaux d’occurrence de ces substances dans les aliments pour insectes. Mais le groupe d’expert estime qu’il n’y a pas de problème de sécurité.

Il pourra donc être consommé comme insecte séché entier, sous forme de collations et comme ingrédient alimentaire dans un certain nombre de produits alimentaires. L’Efsa considère simplement que la consommation de ces vers peut induire « une sensibilisation primaire et des réactions allergiques aux protéines de vers de farine jaunes ». Ce qui peut provoquer des réactions allergiques chez les sujets allergiques aux crustacés et aux acariens.

Source : Efsa

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.