Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Intermittence des énergies renouvelables : une solution au Nevada

centrale solaire de StillwaterLes centrales électriques fonctionnant grâce au soleil ou au vent sont par nature intermittentes, et doivent être appuyées par des installations thermiques qui permettent de lisser la production et d’alimenter lors des pics de consommation, même si le photovoltaïque et l’éolien sont provisoirement indisponibles. Mais la centrale de Stillwater (Nevada) représente une première mondiale : il s’agit d’une centrale « hybride » combinant deux sources d’énergies renouvelables, la géothermie et le solaire, la première permettant de pallier l’intermittence de la seconde.

En effet, l’adjonction de panneaux photovoltaïques d’une puissance de 26 MW vient compléter la centrale géothermique de 33 MW, fonctionnant depuis 2009. Filiale du groupe italien ENEL, EGP (Enel Green Power) North America a procédé à l’installation de 89 000 modules photovoltaïques, sur un terrain adjacent à l’unité de production préexistante. Il s’agit, selon ENEL, d’un prototype afin de développer d’autres projets de cette nature.

Un  concept appliqué pour la première fois au monde, selon Steven Chu, secrétaire américain à l’énergie. Il s’agit bien là de combiner deux énergies renouvelables complémentaires : la permanence de la géothermie jouant le rôle dévolu aux centrales thermiques traditionnelles et compensant l’intermittence du soleil. Ce principe pourrait être développé avec l’association de toute énergie renouvelable régulière (géothermie comme ici, mais aussi hydraulique)  avec une énergie variable (le solaire, l’éolien).

Source : L’Expansion, open.energyland (photo)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Intermittence des énergies renouvelables : une solution au Nevada”

  1. Heu, pour l’hydraulique c’est déjà le cas massivement. C’est les barrages Suèdois qui absorbent les variations de l’éolien du Danemark.
    Et pour le faire avec la géothermie, il faut encore avoir suffisamment de ressources. En Islande par exemple la géothermie n’est utilisable pour l’électricité qu’à hauteur de 500 MW, tout le reste de la géothermie ce sont des réseaux de chaleur.

    En fait, c’est surtout le couplage avec l’éolien qui est le plus logique, car la production du solaire se marie plutôt bien avec la pointe de midi présente dans la majorité des pays, jusqu’à ce qu’en pointe elle représente de 25% à 30% du total. (mais en l’Allemagne lors les records récent qui ont dépassé ce seuil, on voit qu’ils se sont retrouvés à exporter de manière importante).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.