Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Japon : la fin de l’énergie nucléaire

Carte des centrales nucléaires au Japon (source Mediapart)Après l’accident de Fukushima en mars 2011, le Japon a dû revoir en profondeur toute sa politique énergétique. Alors que précédemment, il misait sur l’atome en prévoyant d’augmenter sérieusement sa part (de 30 % en 2011 à 53 % en 2030) pour fournir l’électricité nécessaire aux Japonais, le gouvernement a annoncé le 14 septembre l’arrêt progressif des centrales d’ici 2040, et donc à l’instar de l’Allemagne et de la Suisse sa sortie du nucléaire. Parallèlement, le pays cherche à augmenter rapidement la part d’énergies renouvelables dans son mix énergétique, et parmi elles, à développer à grande échelle l’exploitation de la biomasse.

Les déclarations des autorités nippones ne laissent apparemment pas planer le doute : « le gouvernement va instaurer toutes les mesures possibles pour amener la production nucléaire à zéro pendant les années 2030. » Afin de parvenir à cet objectif, il énonce trois principes : plus de constructions de centrales nucléaires, arrêt des réacteurs après 40 années d’exploitation, redémarrage des réacteurs existants soumis à des examens de sécurité d’une commission de contrôle de l’industrie nucléaire. Le gouvernement a toutefois fait savoir qu’il autorisait la poursuite de la construction de trois réacteurs actuellement en chantier, sans se prononcer dans l’immédiat sur leur éventuelle mise en service.

Poussées par un sentiment anti-nucléaire toujours croissant de la population – des manifestations ont encore lieu régulièrement – les autorités avaient arrêté dans un premier temps tous les réacteurs nucléaires du pays (50) pour les soumettre à des tests de sécurité, avant d’autoriser finalement le redémarrage de deux d’entre eux (voir notre article du 21/06/2012). Mais le recours inévitable aux combustibles fossiles pour alimenter les centrales thermiques qui ont pris le relai pèse lourdement sur la balance commerciale du pays. Les compagnies d’électricité, soutenues par certains milieux d’affaires, demandent avec insistance le redémarrage des réacteurs qui ont réussi les tests de sécurité, afin de limiter les importations massives d’hydrocarbures. Mais elles se heurtent aux autorités locales, peu désireuses d’aller contre l’avis général de leurs administrés.

Pour arriver à son objectif d’arrêter à terme toute exploitation de réacteur nucléaire, tout en rétablissant une balance commerciale mise à mal par ces importations, le gouvernement doit donc se tourner vers les énergies renouvelables : éolien, hydraulique, solaire, géothermie et biomasse. Il souhaite ainsi dans un premier temps augmenter sérieusement la part de la biomasse dans son mix énergétique : alors que celle-ci représente actuellement 0,5 % de la consommation d’énergie, il se donne pour objectif 5 % en 2020, soit une part multipliée par 10. Plusieurs technologies sont explorées dans ce but, notamment l’ajout de copeaux de bois au charbon dans les centrales thermiques et l’utilisation des déchets alimentaires pour produite la chaleur par cogénération, grâce à la fermentation anaérobique des matières organiques. En ce qui concerne la première, la société Asahi Kasei Corp (produits chimiques, pharmaceutiques, matériaux de construction et électronique) vient d’inaugurer une centrale à biomasse, pour alimenter les usines du groupe, utilisant un mélange à 60 % de copeaux de bois en provenance de la destruction de bâtiments et à 40 % de charbon. Le groupe cherche à relancer la filière bois locale pour remplacer les premiers par des copeaux de bois en provenance des forêts.

Mais le démantèlement des centrales nucléaires à partir de 2030 demandera une part d’au moins 30 % d’énergies renouvelables, le Japon se doit donc d’avancer rapidement dans ce développement pour sortir dans les délais indiqués du nucléaire.

Sources : La Croix, Le Progrès, RTFlash, Mediapart (image).

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *