Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Jusqu’à 50° C en France à la fin du siècle

Une étude de chercheurs français, publiée le 19 juillet dans la revue Environmental Research Letters, annonce qu’à la fin du siècle les températures maximales enregistrées lors de vagues de chaleur pourraient atteindre  par endroits en France les 50° C, surpassant de 6° à 13° environ les records historiques. De quoi faire froid dans le dos, si l’on peut dire !

Les pics de chaleur de ces dernières semaines ont été marqués par des pointes à 38°. Et les climatologues préviennent que, quel que soit le scénario suivi par les émissions de gaz à effet de serre, « le réchauffement planétaire se poursuivra probablement pendant au moins plusieurs décennies et s’accompagnera de vagues de chaleur de plus en plus fréquentes et intenses. Cela signifie que de nombreux records de chaleur tomberont de nouveau » (Canicule et changement climatique, Météo France, 30/06/2017).
rechauffement climatique en france, source environnemental research letter
La nouvelle étude se focalise non sur des températures moyennes mais sur leurs valeurs maximales, et les 7 auteurs, provenant de l’Unité climat, environnement, couplages et incertitudes (CECI, CERFACS-CNRS), du Centre national de recherches météorologiques (CNRM, Météo France-CNRS) et de la direction de la climatologie et des services climatiques de Météo France, en dresse un tableau inquiétant.

Après avoir recensé les records de températures observés en France entre 1950 et 2005, ils ont appliqué le scénario le plus pessimiste du GIEC – les émissions humaines de gaz à effet de serre continuent à évoluer au rythme actuel et entraînent un réchauffement de 3,7° à la fin du siècle. Le modèle de climat régional de Météo France, baptisé Aladin, permet des simulations du climat à très haute résolution spatiale (12,5 km au lieu des 100 à 150 des modèles globaux). Celui-ci montre que les températures maximales attendues en été à la fin du siècle seront supérieures de 6,6 °C en Bretagne, 7,7 °C près de la côte méditerranéenne, 9,6 °C dans le sud-ouest de la France, 12,2 °C dans le nord du pays et 12,9 °C dans l’est.

« Ces résultats indiquent que les valeurs maximales en France pourraient facilement dépasser 50 °C à la fin du XXIe siècle » écrivent les chercheurs, alors que les records historiques sont de 42° actuellement. « Les vagues de chaleur pourraient aussi avoir un fort impact sur les températures nocturnes, avec de sérieuses conséquences pour la santé humaine. »

« Nous avons été les premiers surpris par nos résultats : 50 ou 55 °C, c’est énorme » confie l’un des signataires de l’étude Samuel Somot. Des températures connues jusque là que dans des zones désertiques. « Nous avons choisi le scénario du pire, en faisant tourner un seul modèle que nous connaissons bien, pour voir où il nous conduisait » précise-t-il. « Tout dépendra des décisions politiques et économiques qui seront prises dans les années qui viennent, souligne le chercheur. Si l’Accord de Paris [qui prévoit de limiter à 2 °C, et si possible 1,5 °C, le réchauffement par rapport à la période préindustrielle] est mis en œuvre, nous nous écarterons du scénario du pire. » Mais selon lui, cela peut encore être évité : « C’est du niveau des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans les deux décennies à venir que va dépendre le climat de la fin du siècle. »

Sources : Le Monde, The Conversation, Météo France, Environmental Research Letters

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.