Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Kalkar ou l’art de réutiliser des installations nucléaires

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Que faire des vieilles centrales nucléaires démantelées ? Voilà une question à laquelle les Allemands ont déjà trouvé un élément de réponse. Heureusement car le problème risque de se multiplier chez eux en raison de la décision de sortie du nucléaire de leur gouvernement. Il va bien falloir trouver une nouvelle utilisation à ces futures friches industrielles d’un nouveau type : pourquoi ne pas prendre exemple sur Kalkar ?

kalkar

Kalkar est une petite ville de Rhénanie- Nord-Westphalie, située à quelques kilomètres de la frontière allemande, où un surgénérateur doté de 300 MW de puissance a été construit en 1986, mais jamais mis en service. Les raisons de son abandon sont multiples : les oppositions sous forme de manifestations regroupant des milliers de personnes contre ce générateur d’un nouveau type qui devait produire plus de combustible fissile qu’il n’en utiliserait ; le retard de plus de 7 ans pris par le projet et entraînant des coûts exorbitants ; certaines évolutions des normes de sécurité non intégrées par la centrale, et qui ne pouvaient plus être écartés l’année même de Tchernobyl. Le projet a donc été définitivement enterré en 1991. Et le site repris il y a quatre ans pour y installer Wunderland (« le Pays des Merveilles ») Kalkar.

Et voici donc la tour recouverte d’une fresque alpestre, des balançoires accrochées en haut, un mur d’escalade aménagé sur les parois, des manèges installés, accompagnés des traditionnels boutiques à frites et kiosques à glace, les bâtiments des turbines et du réacteur transformés en chambres d’hôtel… Bref tout pour accueillir 600 000 visiteurs par an et occuper en saison quelques 550 salariés, car cela a démarré fort, en partie pour des raisons de curiosité, si l’on en croit  un des porte-parole du parc :

Les gens viennent de partout parce qu’ils sont fascinés par le parc. Ce n’est pas quelque chose que vous voyez tous les jours. Certains ont peur que ce ne soit pas sécurisé mais c’est 100% sûr, parce que le réacteur n’a jamais été mis en service.

Et le directeur néerlandais de renchérir :

Nous précisons systématiquement dans nos brochures que nous n’avons rien à voir avec le nucléaire. La centrale n’a d’ailleurs jamais fonctionné.

Tous les bâtiments ne sont pas encore utilisés, et une piscine intérieure, un spa, un village bavarois, de nombreuses boutiques et restaurants devraient voir le jour pour assurer au parc d’attractions une activité hiver comme été. En tout cas, la décoration de la tour semble une bonne idée à reprendre, même pour les centrales en fonctionnement : cela donnerait du travail à quelques artistes et permettrait d’intégrer dans le paysage des éléments plutôt disgracieux.

 Sources : Enerzine, Canoe, Germany Travel

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.