Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La consommation d’électricité des deux premiers mois de 2014 en baisse

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Depuis le début de l’année, la consommation d’électricité baisse régulièrement. En cause, le climat avant tout  : les températures particulièrement douces de janvier et de février, l’absence de neige et de gel en plaine ont grandement aidé à cette modération de la consommation d’électricité, bien plus que les comportements, qu’on espère pourtant de plus en plus sobres de nos compatriotes.

Janvier 2014 a en effet connu une baisse de 8,1 % de la consommation d’électricité par rapport à janvier 2013. La température moyenne observée au cours de ce mois se situe à 7,1°C (soit 2,2° au-dessus  de la normale), entrainant une diminution de la consommation de 4 TWh (l’équivalent de la consommation annuelle d’une ville comme Nantes), et une pointe de consommation la plus faible enregistrée depuis 10 ans. Corrigée des aléas climatiques par contre, la consommation d’électricité reste stable (+ 0,3 %). La baisse de consommation de la grande industrie, observée sur les trois derniers mois de 2013, s’est ralentie.

Solde des exportations d'électricité France (source RTE)Les énergies renouvelables ont au cours de ce mois permis de couvrir 20 % des besoins : l’éolien et l’hydraulique en tête bien entendu qui ont apprécié les « excellentes » conditions météorologiques, pluie et vent n’ont certes pas manqué. Parallèlement, la production nucléaire, grâce à une bonne disponibilité des centrales, a atteint son plus haut niveau depuis janvier 2014. Ceci a favorisé les exportations d’électricité, qui ont connu leur plus haut niveau depuis 2008, quoique les échanges avec l’Allemagne et l’Espagne connaissent encore des soldes importateurs.

Février 2014 se caractérise par des conditions climatiques atypiques, et notamment par des températures clémentes, encore plus douces que celles de janvier, ce qui a conduit à une modération importante de la consommation d’électricité. Il affiche en effet une moyenne de 7,3°C (1° au-dessus de la normale). La consommation a enregistré une baisse de 10,4 % par rapport à février 2013, permettant d’économiser 1,5 TWh par rapport aux conditions de référence. Il s’agit de la consommation brute mensuelle d’énergie la plus faible pour un mois de février depuis 2007, et il en va de même pour la pointe de consommation (la plus faible depuis 2008).

Les énergies renouvelables ont permis cette fois de couvrir 23 % de la consommation mensuelle. La filière éolienne a connu des conditions météorologiques tellement favorables qu’elle a atteint de nouveaux records de production instantanée, pour une puissance de 6 510 MW le 5 février à 1 h 30 du matin, et un taux de couverture moyen de 5,6 % pour le mois (2,5 TWh de production). Parallèlement, la production hydraulique s’est maintenue à un niveau élevé (7,1 TWh), la nucléaire par contre, « perturbée par des indisponibilités fortuites« , était quant à elle en diminution par rapport à février 2013. Ces conditions ont toutefois permis à la France de maintenir un solde exportateur élevé, même si, encore une fois, les soldes des échanges avec l’Allemagne et l’Espagne se révèlent importateurs.

Source : RTE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.