Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La consommation énergétique des applications mobiles les plus populaires

L’impact du numérique est aujourd’hui important et en forte progression et concerne de plus en plus le smartphone. Une étude d’Atos et de Greenspector calcule la consommation énergétique des applications mobiles les plus populaires. Elle explique pourquoi certaines batteries de smartphones se déchargent beaucoup plus rapidement que d’autres, en fonction des applications que l’on utilise. Elle donne aussi des pistes pour consommer moins d’énergie.

Apllications mobiles : la consommation d'énergieLa consommation des applications mobiles : 20,3 TWh

Les applications mobiles sont actuellement utilisées par 5 milliards de personnes dans le monde et ont un impact croissant sur la consommation énergétique et l’environnement. Le secteur numérique représente actuellement 3,7 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), mais « pourrait représenter selon les hypothèses entre 7 et 8,5 % en 2025, soit l’équivalent des émissions de GES des véhicules légers sur la planète (8 % des GES) ».

Les datacenters sont justement considérés comme particulièrement énergivores. Mais l’étude montre que les applications mobiles ne sont pas en reste. « Quand on projette les consommations de l’ensemble des applications mobiles au niveau mondial, on obtient une consommation totale de 20,3 térawatts-heure (hors réseaux et serveurs des data centers) soit annuellement un peu moins que la consommation en électricité d’un pays comme l’Irlande ou équivalent de 3 tranches nucléaires » souligne l’étude.

Plus de 685 milliards d’heures consacrées aux réseaux sociaux

Actuellement, l’accès à l’information se fait en majorité sur les smartphones. Le point sensible de ces appareils est leur batterie, qu’on accuse souvent de manque ou de perte d’autonomie. « Pourtant ce sont les applications installées sur le smartphone qui consomment… et dégradent la capacité des batteries dans le temps. »

Pour les plus déployées, les applications mobiles sont utilisées par des milliards de personnes : plus de 685 milliards d’heures sont ainsi consacrées aux seuls réseaux sociaux ! Or pour les 30 applications les plus utilisées au monde, un rapport de 1 à 4 existe en termes de consommation d’énergie entre les plus sobres et les plus gourmandes (les logiciels les plus énergivores sont surnommés « obésiciels »).

Réseaux sociaux et navigateurs particulièrement gourmands en énergie

L’étude se livre ainsi à un classement par catégorie de la consommation des applications mobiles. Elle distingue 7 catégories. Le rapport entre les moins consommatrices (les appels et les messages) et les plus consommatrices (les réseaux sociaux et les navigateurs) est de 2. Autrement dit, on vide deux fois plus vite la batterie de son smartphone en surfant sur le web qu’en téléphonant.

applications mobiles
Classement par catégorie de la consommation énergétique des applications (mAh)

Une amélioration sensible de leur sobriété ne peut donc qu’avoir des répercussions positives sur leurs impacts écologiques. L’étude propose trois pistes d’amélioration pour réduire la consommation du smartphone :

  • Adapter les flux des applications multimédia à la plateforme et la vitesse de connexion de l’utilisateur permet déjà de réduire la consommation ;
  • La navigation web est très consommatrice et nécessite l’application de bonnes pratiques web et mobile (éco-conception) afin d’éviter l’obésiciel ;
  • Les réseaux sociaux sont des gouffres de consommation, en tant qu’utilisateur préférer les versions «light» et/ou les options pour cacher les contenus multimédias.

Source : Atos

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “La consommation énergétique des applications mobiles les plus populaires”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *