Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La Feuille de route pour une économie 100 % circulaire

Le modèle linéaire « fabriquer, consommer, jeter » a vécu ! Il faut maintenant progresser vers une économie plus sobre, où les produits durent plus longtemps et où nos déchets deviennent de nouvelles ressources. Dans ce but, le Gouvernement a présenté le 23 avril sa Feuille de route pour une économie circulaire. Fruit de cinq mois de concertation et de réflexion, elle compte 50 mesures concrètes pour engager la France dans une économie 100 % circulaire.

Les objectifs de la Feuille de route

L’objectif global est de réduire de moitié la mise en décharge des déchets et de tendre vers 100 % de plastiques recyclés d’ici 2025. Mais que de retard accumulé en matière de valorisation des déchets ménagers ! Levier majeur de la réduction d’émissions de gaz à effet de serre, l’économie circulaire est maintenant partie intégrante du Plan climat. De plus, le secteur est créateur d’emplois non-délocalisables : le Ministère y voit un potentiel de 300 000 emplois supplémentaires.

Les objectifs en sont ainsi résumés :

  • Réduire la consommation de ressources liée à la consommation française : réduire de 30 % la consommation de ressources par rapport au PIB d’ici à 2030 par rapport à 2010,
  • Réduire de 50 % les quantités de déchets non dangereux mis en décharge en 2025 par rapport à 2010,
  • Tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025,
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre : économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique,
  • Créer jusqu’à 300 000 emplois supplémentaires, y compris dans des métiers nouveaux.

Quelques mesures phares

Mieux produire, mieux consommer, mieux gérer les déchets et mieux mobiliser tous les acteurs : la Feuille de route propose des solutions opérationnelles pour lancer la dynamique de l’économie circulaire. Certaines mesures phares visent à changer le quotidien de Français comme :

  • la mise en place d’un indice de réparabilité des produits, avec un affichage rendu obligatoire en 2020,
  • l’harmonisation des couleurs des poubelles pour rendre plus lisible le geste de tri d’ici 2022,
  • l’expérimentation d’un système de consigne solidaire pour collecter les bouteilles plastiques et les canettes en métal,
  • la simplification et le déploiement du pictogramme Triman, avec un affichage obligatoire à partir de 2021.

Tout le monde est concerné

Dans une démarche de mobilisation de tous – citoyens, collectivités, associations, administrations, etc. – la feuille de route rassemble dans chaque catégorie des mesures destinées aux uns et aux autres, la dernière étant précisément destinée à ce but. Au regard de chaque mesure, se situe le public concerné (un seul ou plusieurs).

Les 7 premières mesures portent sur le « mieux produire ». La 1ère précise : « Incorporer davantage de matières premières issues du recyclage dans les produits » et est dirigée vers les entreprise exclusivement, mais d’autres concernent un public plus large. Ainsi la 7 s’adressent autant aux entreprises qu’aux consommateurs : « Déployer l’affichage environnemental volontaire des produits et des services dans les cinq secteurs pilotes et étendre ce dispositif volontaire à d’autres secteurs courant 2018« .

Economie circulaire : recyclageLes mesures 8 à 16 concernent  le « mieux consommer ». La 9 est destinée aux consommateurs : « Renforcer les obligations des fabricants et des distributeurs en matière d’information sur la disponibilité des pièces détachées pour les équipements électriques, électroniques et les éléments d’ameublement » ; la 14 à un public beaucoup plus large : « Intensifier la lutte contre le gaspillage alimentaire« .

Le plus grand nombre de mesures se trouve dans la partie « mieux gérer nos déchets » : elle n’en compte pas moins de 24 (de la mesure n°17 à la n°40). Elles visent à améliorer le tri, la collecte, et le recyclage. La mesure 22 en particulier, destinée aux collectivités locales, vise à « faciliter le déploiement de la tarification incitative de la collecte des déchets« .

Enfin les 10 dernières mesures cherchent à mobiliser tous les acteurs par la communication, la sensibilisation, l’éducation, mais incitent aussi les administrations à montrer le bon exemple (mesure 44).

Source : Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.