Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La filière photovoltaïque décidée à garder le cap, même depuis son lit d’hôpital !

Philippe Rocher société MetrolLe 8eme Forum Technique Photovoltaïque, organisé par METROL et Transénergie, s’est déroulée jeudi 27 janvier à Valpré Lyon (Ecully). Il était consacré au « Raccordement des installations PV au réseau : règlementation et solutions techniques ».

Comme toujours, avant de laisser la place aux experts (nous y reviendrons dans notre article de demain 1er février), le forum a fait l’objet d’une introduction par les deux responsables des sociétés organisatrices, c’est-à-dire respectivement Bassam Ouaida pour Transénergie et Philippe Rocher pour Métrol. Nous nous faisons ici l’écho de leurs propos quelques heures avant la tenue du colloque annuel du Syndicat des Energies Renouvelables, où toute la profession sera réunie.

Bassam Ouaida s’est exprimé en premier.

Le photovoltaïque ne va pas si mal, votre présence, toujours aussi nombreux, en témoigne. Nous sommes comme un avion qui traverse une zone de turbulence. Mais ne cédons pas à la morosité. Cela fait 35 ans qu’on est sur le sujet et on en a traversé des turbulences ! Malgré la tempête gardons le cap. Je vous le prédis on va se revoir encore longtemps et la prochaine fois avec encore plus de sourires.

Puis, Philippe Rocher, en revenant sur les raisons qui ont poussé le gouvernement à siffler la pause sous forme d’un moratoire, a utilisé une métaphore médicale pour appuyer ses propos.

Le moratoire, c’est la conséquence de la peur du gouvernement… que la CSPE explose !

Il y a eu d’abord un petit rhume. La France offrait les meilleurs tarifs d’achat du monde. La majorité des acteurs ont joué le jeu mais il y a des effets de bord. La définition de l’intégré bâti mal défini a laissé une place vite prise par certains acteurs tout heureux de profiter de l’aubaine : des « hangars à rien » ou « PV sur pilotis » se sont multipliés d’abord un, puis 2, puis 5, puis 50, 100 et même 200 projets ont été déposés. Première peur.

Puis est venue la petite angine. Des contrefaçons sont apparues sur certains chantiers, sans doute à cause de l’intégré bâti et un manque de professionnalisme de certains acteurs, et des sinistres (dégâts des eaux) sont remontés aux assureurs. Des audits sont en cours, menés notamment par le CONSUEL et Transénergie, qui montrent que ce n’est pas si grave que ça. Seconde peur.

Et enfin le gouvernement a décidé de mettre son bébé à l’hôpital avec traitement antibiotique à spectre large. Le moratoire décidé le 2 décembre dernier (cf. notre article du 5 décembre) crée inévitablement des dégâts collatéraux et va laisser de nombreux acteurs sur le carreau.

Puis en revenant vers la métaphore de l’avion de Bassam Ouaida, Philippe Rocher a conclu :

Oui  la filière PV est dans une zone de turbulence. Ce qu’attend le gouvernement de nous c’est :

–          De la qualité : être irréprochable

–          Le plus de valeur ajoutée locale possible. En face du tarif à 60 centimes, il faut des créations d’emplois en France.

La suite de ce forum dans notre post de demain.

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *