Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La ligne de covoiturage, alternative au transport individuel ou aux transports en commun

Ligne de covoiturage à RennesDans les villes – et peu importe leur taille – ou leurs proches environs, il existe toujours des zones peu ou mal desservies par les transports en commun. Mais des innovations en matière de mobilité urbaine peuvent aider à mieux desservir ces quartiers, mais aussi à réduire la circulation et donc la pollution. Ainsi la métropole de Rennes (Ille-et-Vilaine) va lancer en janvier sa première ligne de covoiturage rémunéré, alternative au trajet individuel.

Une ligne de covoiturage pour pallier des transports en commun inexistants

Cette ligne de covoiturage régulière desservira quatre communes du Nord de la métropole, où il n’existe pas de lignes transversales de transports en commun. Comme pour une ligne de bus régulière, il y aura des arrêts. Mais il sera inutile de réserver à proprement parler. La collectivité garantit un temps d’attente de 10 minutes maximum. Les conducteurs seront avertis grâce à une application que quelqu’un les attend à un arrêt défini, signalé par un panneau lumineux.

La métropole n’a pas les moyens d’investir sur des lignes de transports en commun en transversal, qui ne seraient pas forcément rentables. Du coup, elle compte sur les automobilistes, suffisamment nombreux à faire ce trajet, notamment pour se rendre à leur travail, pour assurer cette ligne de covoiturage régulière. Une sorte de « transport en commun citoyen ».

Une rémunération pour le conducteur, la gratuité pour le passager

Les chauffeurs sont rémunérés 1 € le trajet, même à vide. Quant au passager, non seulement, il voyage gratuitement, mais il peut aussi y gagner des invitations sportives ou culturelles. Et pratiquer le covoiturage pour s’y rendre aussi, on espère ! C’est une application mobile, disponible très prochainement, qui mettra en relation conducteurs et voyageurs. Les panneaux lumineux signaleront aux automobilistes qu’un passager attend à un arrêt et le point de dépose souhaité.

Cette ligne de covoiturage régulière, baptisée star’t, fonctionnera de 7 h à 20 h, du lundi au vendredi, à partir du janvier. La métropole de Rennes compte faire une première évaluation des résultats dès septembre 2021. Ce dispositif sera d’autant plus performant et pratique que le nombre d’automobilistes mobilisés sera important. Keolis Rennes, l’opérateur de transports en commun, a lancé un appel aux automobilistes qui circulent ponctuellement ou régulièrement, sur tout ou partie de l’itinéraire concerné par la ligne. Il les invite à se préinscrire. Ils n’auront plus ensuite qu’à déclarer leur trajet en temps réel, au moment de partir. La métropole souhaite également par cette initiative, lever les freins liés à la pratique du covoiturage souvent vue comme contraignante : avec ce système, pas besoin de prendre rendez-vous en amont.

Le covoiturage simplifié, déjà en action

D’autre dispositifs existent déjà pour simplifier le covoiturage, toujours avec des lignes fixes. Ainsi Hé!Léman a déjà une ligne sur différentes communes, à cheval sur le France et la Suisse dans les environs du lac Léman. Là aussi des panneaux indiquent les arrêts et la destination, mais il suffit d’un SMS passé à un numéro pour avoir comme conducteur l’un des automobilistes faisant le trajet. Celui-ci est payé en se rendant sur le site, dès que son passager a envoyé le numéro de sa plaque d’immatriculation.

En Isère également, autour de Grenoble, plusieurs lignes existent déjà. Le dispositif qui les gère se nomme illicov. Là le conducteur se déclare sur le site dès son départ, il suit ensuite la ligne et prend ou dépose les passagers présents aux arrêts. Il est alors rémunéré selon le nombre de passagers. De même, l’utilisateur se rend à un arrêt et déclare sa présence sur l’application, avec une garantie de partir dans les 15 minutes (la moyenne est même de 4 minutes).

Dans le cadre du programme Moby qu’Eco CO2 déploie actuellement, un tel système de ligne de covoiturage peut être mis en place dans le cadre d’un Plan de déplacement établissement scolaire (PDES), d’autant plus pour les collèges et lycées situés en périphérie des villes. Il semble effectivement plus souple qu’un dispositif de covoiturage habituel.

Sources : Métropole Rennes, France Inter, Hé!Léman, illicov

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.