Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La loi mobilités et ses mesures clés

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Présentée la semaine dernière, la loi mobilités se veut une transformation profonde de la politique des transports prévalant jusqu’à présent. Facteur d’émancipation individuelle et de cohésion territoriale, la mobilité doit aujourd’hui répondre à de nouveaux défis et bouleversements. La loi mobilités présente pour cela différentes mesures clés afin de faciliter la transition écologique de ce secteur.Loi mobilités

Les défis de la mobilité

La politique de transport n’est plus aujourd’hui adaptée aux attentes de la population et des territoires. La loi mobilités doit donc répondre aux défis actuels. Elle veut en relever quatre :

  • Le manque de solutions de mobilité est aujourd’hui vécu comme une source d’inégalités, d’injustice et de fractures entre les citoyens et entre les territoires,
  • L’urgence environnementale et climatique appelle à changer nos comportements,
  • La politique d’infrastructures appliquée depuis des décennies atteint aujourd’hui ses limites,
  • La mobilité vit une profonde révolution de l’innovation, des pratiques et des usages qui constitue une formidable opportunité.

La loi mobilités veut mettre à la disposition des acteurs une boîte à outils pour apporter les meilleurs réponses, inventer, innover et améliorer les déplacements au quotidien de chacun.

Les objectifs de la loi mobilités

Afin d’améliorer concrètement la mobilité au quotidien de toutes les personnes et de tous les territoires par des solutions de transport plus efficaces, plus propres et plus accessibles, elle poursuit différents objectifs :

  • Apporter à tous et partout des solutions alternatives à la dépendance à l’usage individuel de la voiture : un défi important puisque 80 % du territoire n’est pas couvert par une autorité organisatrice et ne laisse d’autre choix à la population que le recours à la voiture individuelle.
  • Développer l’innovation et les nouvelles solutions de mobilité qui doivent être mises au service de tous : elle veut accélérer la croissance de nouvelles solutions de mobilité en tirant à la fois parti des nouvelles formes de mobilité (covoiturage, véhicules autonomes…) et de nouvelles offres de solutions multimodales. Cela passe par l’ouverture des données, le développement des services numériques et le soutien à l’innovation et aux nouveaux services.
  • Réduire l’empreinte environnementale des transports, en réussissant la transition écologique dans notre façon de se déplacer : il est nécessaire pour cela de soutenir les mobilités actives (cohérence avec le plan vélo), de verdir les parcs automobiles et de promouvoir les usages vertueux.
  • Investir davantage dans les infrastructures qui améliorent les déplacements du quotidien : programmer des investissements de transport pour définir de façon claire, priorisée et financée la politique d’investissement dans les transports pour la prochaine décennie.

Les mesures clés

Parmi les nombreuse mesures annoncées par la loi mobilité, qui font pour beaucoup la part belle aux intercommunalités et aux Régions pour développer des transports avec et au service de leurs habitants, le gouvernement en recense une quinzaine qui doivent faire bouger les lignes :

  1. Des solutions alternatives à la voiture individuelle sur 100% du territoire,
  2. Une augmentation de 40 % des investissements pour améliorer les transports du quotidien,
  3. La priorité à la remise en état de nos réseaux routier et ferroviaire,
  4. Un plan sans précédent pour développer les transports en commun et désenclaver les territoires,
  5. La mobilité des personnes en situation de handicap facilitée,
  6. Un accompagnement à la mobilité pour tout demandeur d’emploi,
  7. 100% des informations sur l’offre de mobilité accessibles et la possibilité de faire un trajet porte-à-porte avec un seul titre de transport,
  8. Des navettes autonomes en circulation dès l’année 2020,
  9. Un forfait mobilité durable : jusqu’à 400 €/an pour aller au travail en vélo ou en covoiturage,
  10. Un plan pour développer le covoiturage,
  11. Un plan vélo pour tripler sa part dans les déplacements d’ici 2024,
  12. Un nouveau cadre pour les solutions en libre-service,
  13. Le déploiement du véhicule électrique facilité grâce aux bornes de recharge électriques,
  14. Le déploiement de zones à faibles émissions pour un air plus respirable,
  15. Le permis de conduire moins cher et plus rapide.

Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.