Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La mobilité cyclable chez les élèves du secondaire : une étude de l’ADEME

A l’occasion de la Semaine européenne de la mobilité, l’ADEME a réalisé une étude sur la mobilité à vélo des collégiens et des lycéens. Il s’agit de la première enquête nationale sur la mobilité cyclable des élèves du secondaire. Elle vise à dresser un état des lieux des pratiques dans les établissements, mais aussi à établir des recommandations pour encourager les adolescents à recourir à ce moyen de déplacement.

Une première étude nationale sur la mobilité cyclable des adolescents

Menée notamment en partenariat avec le portail national de l’écomobilité scolaire Mobiscol, l’étude concerne 5,7 millions d’élèves du second degré soit environ 8,5 % de la population française. Or pour atteindre l’objectif de 9% de part modale pour le vélo d’ici 2024, cette tranche de la population représente un enjeu certain : ce sont les adultes de demain.

Pourtant les résultats des nombreux entretiens menés auprès des instances territoriales et des acteurs associatifs montrent que le développement de la mobilité cyclable a été moins accompagnée et soutenue dans le secondaire qu’en primaire. Et ce, bien que cet enjeu soit tout aussi important. Il est donc particulièrement important de dresser un état des lieux, mais aussi d’identifier les freins majeurs à la pratique des adolescents via une analyse sociologique de la littérature existante, et d’identifier les bonnes pratiques françaises et étrangères permettant de lever ces freins.

mobilité cyclable des adolescents
Les acteurs de la mobilité cyclable chez les adolescents (ADEME)

Une disparité encore trop importante de la pratique entre les garçons et les filles

L’étude met en évidence que la pratique du vélo est aujourd’hui extrêmement genrée parmi les adolescents : une représentation du vélo comme sport plus que comme mode de déplacement, qui freine son utilisation par les adolescentes, de même que des contraintes vestimentaires et un manque de disponibilité et de visibilité de vélos adaptés aux jeunes filles (morphologie, confort, ergonomie).

Il existe aussi une forte disparité sur la mobilité cyclable dans les établissements scolaire selon leur environnement. Si 50 % à 70 % des élèves du secondaire résident à une distance compatible avec l’usage du vélo, beaucoup se trouvent confrontés à divers freins pour adopter la mobilité cyclable. Notamment :

  • L’insuffisance de services vélo et d’infrastructures cyclables aux abords des établissements,
  • Des stationnements vélo d’une capacité trop faible et de qualité insuffisante,
  • La distance trop importante entre le domicile des adolescents et leur établissement scolaire,
  • Une absence d’équipement face aux intempéries,
  • Le manque d’assurance/d’expérience à vélo avec des adolescents peu autonomes à vélo,
  • La crainte des parents à laisser leurs enfants se déplacer seul à vélo.

Comment lever ces freins ?

Plusieurs aspects sont à prendre en considération afin de répondre par des actions ayant un/des impacts sur les représentations des adolescents. Le développement de la mobilité à vélo des collégiens et lycéens nécessite de : faire entrer le vélo dans les normes sociales pour ancrer la pratique durant l’adolescence ; travailler sur la représentation du vélo afin de le rendre à la fois « sympa » et « social » et en faire, en premier lieu, un mode de déplacement (par exemple : Intégrer la pratique du vélo dans les médias suivis par les jeunes comme la télévision, le cinéma, les plateformes de séries, les réseaux sociaux) ; rendre personnalisable l’esthétisme, l’ergonomie et l’accessoirisation des vélos.

A cela s’ajoutent une sensibilisation des parents à la mobilité cyclable afin de limiter leurs craintes à laisser leurs enfants se déplacer de manière autonome pour se rendre à leur établissement et un accompagnement spécifique au développement de la mobilité à vélo chez les adolescentes. « Considérer ces caractéristiques, c’est permettre au vélo d’entrer dans le quotidien des adolescents. En parlant à la majorité de cette cible d’usager, la pratique cyclable pourra ainsi être privilégiée pour leurs déplacements et perdurer dans le temps » explique l’étude.

Rappelons qu’Eco CO2 propose un programme pour développer les modes de déplacements alternatifs, dont la marche et le vélo, chez les élèves des établissements scolaires du premier et du second degrés : il s’agit de Moby.

Source : ADEME

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *