Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La nouvelle réglementation thermique (RT 2012) dévoilée à interclima-elec

Lors de la première journée du salon interclima+elec, la nouvelle Réglementation Thermique, qui sera bien la RT 2012 et non la RT 2010, a fait l’objet d’une conférence présentant les nouveaux aspects réglementaires, les objectifs et les solutions techniques pour y parvenir. Les intervenants étaient : David Juin (MEEDDM / DGALN / DHUP / QC), puis Michèle Mondot et Dominique Hantz (CETIAT) et enfin Christian Duquesne (GIMELEC).

L’objectif de cette nouvelle RT est de parvenir à une consommation inférieure à 50 kWh d’énergie primaire en moyenne par m² et par an pour les bâtiments neufs, au lieu des 80 à 250 kWh de la RT 2005. La RT 2012 marque donc une véritable rupture avec les précédentes : alors qu’on se contentait d’une diminution de la consommation énergétique de 15 à 20% tous les 5 ans, la RT2012 vise une diminution d’au moins 50%.

La RT2012 devrait être publiée pour l’été 2010, il est prévu qu’elle soit applicable au 1er janvier 2013 dans le résidentiel, et, par anticipation, au 1er janvier 2011 dans le tertiaire.

Les exigences de la RT2012 :

  • Un nouveau coefficient bioclimatique a été défini afin de mesurer la performance du bâti, il devra satisfaire certaines exigences.
  • La surface vitrée devra représenter un minimum de 1/6 de la surface habitable.
  • Des énergies renouvelables devront être incorporées en maison individuelle. Plusieurs possibilités se présentent : des systèmes d’ECS solaire, thermodynamique ou par cogéneration, ou bien une production d’électricité à partir ENR supérieure à un certain seuil (entre 5 et 10 kWh).
  • Les ponts thermiques devront être traités (une valeur maximale est imposée pour l’ensemble des déperditions par ponts thermiques).
  • L’imperméabilité à l’air devra être traitée et mesurée à la fin des travaux.
  • Et enfin, grande nouveauté : le comptage et l’affichage des énergies devient obligatoires par poste de consommation (chauffage, ECS, climatisation, réseau de prises électriques…).

L’obligation de comptage et d’affichage des consommations d’énergie confirme la volonté de prendre en compte le comportement des usagers dans les consommations énergétiques du bâtiment (il est inutile d’avoir un logement parfaitement isolé si les fenêtres sont toujours ouvertes…). La pédagogie et les explications pour les usagers deviennent donc des éléments primordiaux pour diminuer les consommations des logements.

Les solutions d’efficacité énergétique pour satisfaire aux exigences de la RT 2012 :

  • Réduire les besoins grâce à une meilleure gestion des apports gratuits : augmentation de la surface vitrée avec une automatisation des ouvertures, fermetures et protections solaires.
  • Utiliser des produits à haut rendement énergétique (pompe à chaleur).
  • Utiliser des lampes basse consommation d’énergie.
  • Intégrer les énergies renouvelables : solaire thermique ou photovoltaïque, thermodynamique, cogéneration…
  • Intégrer des systèmes de régulation et d’automatisation (que ce soit pour le chauffage, l’éclairage ou même la veille des appareils électriques), la domotique devient indispensable pour économiser l’énergie et pallier aux oublis des occupants (lumière allumée dans les pièces vides, télévision en veille toute la nuit…). Plusieurs solutions sont envisagées comme des détecteurs de présence, des automates, un interrupteur global, des capteurs (température, ensoleillement…).
  • Maitriser l’énergie en la mesurant, en l’affichant et en proposant des systèmes de télé-service ou de management de l’énergie avec une mise en place d’objectifs et de bilans sur les consommations.

Les exigences de cette réglementation thermique montrent qu’un grand pas en avant a été fait pour le bâtiment neuf. Il reste cependant à espérer que ces exigences seront respectées et contrôlées, et que la rénovation du parc existant ne sera pas négligée.