Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La peinture, source d’énergie de demain ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Des chercheurs de l’université de Melbourne (Australie) envisagent de fabriquer une peinture solaire, capable de produire de l’hydrogène à partir de la lumière du soleil et de l’humidité présente dans l’air. Les scientifiques à l’origine de ces travaux prévoient même une peinture bon marché, mais hélas pas disponible avant quelques années.

Un nouveau composé dans la peinture

Cette peinture, capable d’absorber la vapeur d’eau et de la diviser pour produire de l’hydrogène, contient un composé qu’ils ont développé et qui agit comme le gel de silice, celui que l’on utilise en sachets pour conserver des aliments ou différents produits au sec, ou encore dans la litière pour chats.

Mais contrairement au gel de silice, Ce nouveau matériau, le sulfure de molybdène synthétique, agit également comme un semi-conducteur et catalyse la décomposition des molécules d’eau en hydrogène et oxygène. Et l’hydrogène peut alimenter des piles à combustibles.

Le mélange du composé avec des particules d’oxyde de titane – un pigment blanc couramment utilisé dans les peintures murales justement – conduit à une peinture qui absorbe la lumière du soleil et produit donc de l’hydrogène  à partir de l’énergie solaire et de l’humidité de l’air. Peinture qui pourrait s’utiliser sur différents supports d’ailleurs, mais qui serait capable de convertir un simple mur de briques en un système capable de récolter de l’énergie et de produire du carburant.

Partout où l’air est humide

Et cela pourrait fonctionner partout, selon les chercheurs australiens :”Il n’y a pas besoin d’eau propre ou filtrée pour alimenter le système. Tout endroit où il y a de la vapeur d’eau dans l’air, même dans les zones éloignées de la mer, peut produire du carburant“, estime Torben Daeneke, chercheur au RMIT, qui ajoute “Ce système peut également être utilisé dans les climats très secs mais chauds, près des océans. L’eau de mer est évaporée par la chaleur du soleil et la vapeur peut ensuite être absorbée pour produire du carburant.

Les chercheurs espèrent que cette peinture solaire pourra être utilisée en complément des panneaux solaires traditionnels, dans les endroits qui reçoivent trop peu de lumière et donc ne valent pas le coup d’installer des installations photovoltaïques onéreuses.

Encore au moins 5 ans

Mais selon les chercheurs, cette peinture n’est pas vraiment pour demain. Ils estiment qu’il leur faudra encore au moins 5 ans avant d’obtenir le produit final. Par contre ils prévoient déjà que cette peinture ne coûtera pas très cher.

Et comme il existe déjà des véhicules alimentés à l’hydrogène, une fois le processus de collecte terminé, cela pourra représenter une puissante source d’énergie propre à l’avenir. Effectivement, surtout si l’on recouvre tous les murs des maisons de cette peinture quelque peu révolutionnaire. Mais on risque un décor quelque peu uniforme : il s’agit d’une peinture blanche !

Sources : RMIT, Les Echos

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.