Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

La SNCF engagée dans une « énergie responsable »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Selon Olivier Menuet, président de SNCF énergie, le grand groupe français, premier consommateur en matière d’électricité, est engagé sur le chemin d’une énergie responsable et se trouve maintenant au cœur de la transition énergétique. Il s’explique dans un entretien avec Le Monde de l’Energie.La SNCF et l'énergie responsable

La SNCF, premier consommateur d’électricité

La SNCF est le premier consommateur d’électricité industriel, avec 10 % du marché. Aller vers « plus de sobriété et d’intelligence de l’énergie » fait partie de son projet d’entreprise. Il s’agit à la fois de décarboner et de verdir son mix énergétique, tout en réduisant les émissions de particules fines. La politique de l’entreprise comporte un deuxième axe : la qualité de l’air et la santé humaine.

Sa consommation représente 17 térawattheures (TWh), dont 9 en électricité. Le reste correspond au gaz et au carburant nécessaires à près de 40 % de trains régionaux, aux bus et à la filiale Geodis (transport routier de marchandises), ainsi qu’au chauffage de différents bâtiments ((gares, bâtiments industriels et 100.000 logements sociaux). Le tout émet environ 3 millions de tonnes d’équivalent CO2.

Un chemin vers une énergie responsable

D’où la nécessité pour la SNCF d’élaborer un chemin vers l’énergie responsable. Celui-ci s’appuie sur 5 leviers qu’Olivier Menuet résume ainsi : « Moins consommer, Mieux acheter et verdir durablement nos achats, Produire et autoconsommer notre propre électricité sur notre patrimoine foncier et immobilier, Innover dans des technologies en rupture pour décarboner notre mix énergétique, Piloter le changement ».

Mais le groupe doit aussi relever d’autres défis. Elle a ainsi mis en place un plan solaire. Il comprend l’installation de panneaux photovoltaïques sur une majorité de ses toitures, mais aussi la création de fermes solaires sur des terrains qui lui appartiennent le long des voies ferrées. Cette production entrera en majorité dans l’autoconsommation de l’entreprise.

En ce qui concerne le train à hydrogène, autre voie d’énergie responsable, il est expérimenté sur des ligne de desserte fine du territoire qu’il coûterait trop cher d’électrifier. Ainsi, certaines régions comme l’Occitanie et la Bourgogne Franche-Comté se sont déclarées particulièrement intéressées.

Le groupe au cœur de la transition énergétique

Olivier Menuet estime donc que ces actions placent bien la SNCF au cœur de la transition énergétique. La raison d’être de l’entreprise, c’est « Apporter à chacun la liberté de se déplacer facilement en préservant la planète ». Il rappelle également que le ferroviaire représente moins de 1 % des émissions de CO2 du secteur de la mobilité pour 11 % des voyageurs et des marchandises transportés.

Interrogé sur l’exemple de la Suède où les gens délaissent de plus en plus l’avion au profit du train, il voir comme une « hérésie environnementale » l’idée d’emprunter des vols intérieurs sur certains trajets (Paris-Bordeaux ou Paris-Marseille). Les salarié d’entreprises peuvent dans le train profiter d’un « « temps utile et productif » plutôt que de perdre du temps dans les sas de sécurité des aéroports ou à bord d’un avion où les conditions de travail ne sont vraiment pas optimales sur un trajet d’un peu plus d’1 heure ! ».

Source : Le Monde de l’Energie

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.