Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Autoconsommation d’électricité photovoltaïque : un avis de l’ADEME

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’agence pour la maîtrise de l’énergie vient de publier un document s’inscrivant dans le cadre des « Avis de l’ADEME » et dédié à l’autoconsommation d’électricité d’origine photovoltaïque. Favorable à ce système qui présente de réels bénéfices pour les consommateurs et la collectivité, elle attire l’attention sur deux points : le juste dimensionnement de l’installation et la nécessité de faire évoluer à terme la tarification du réseau.

Une autoconsommation bénéfique pour les consommateurs et la collectivité

La maturité de la filière et les progrès technologiques ont permis de faire beaucoup baisser les coûts de production de l’électricité photovoltaïque. Ils ont ainsi été divisés par 3 depuis 2010 pour le segment des toitures et atteignent aujourd’hui des niveaux proches du prix de la fourniture d’électricité, rendant avantageuse l’autoconsommation.

Elle permet au consommateur de maîtriser l’origine d’une partie de sa consommation d’électricité et de réduire en conséquence sa facture. Elle contribue pour la collectivité au développement des énergies d’origine renouvelable et donc à l’atteinte des objectifs fixés. De plus, dans le cas des installations photovoltaïques en toiture, elle limite les conflits d’usage au sol et réduit potentiellement le besoin de renforcement électrique du réseau.

Un juste dimensionnement nécessaire

Les bénéfices reposent notamment sur un juste dimensionnement de l’installation destinée à l’autoconsommation. Son sous-dimensionnement limite son impact et les bénéfices associés ; son surdimensionnement augmente la quantité du surplus injecté dans le réseau et à terme, pourrait réduire la rentabilité de l’installation.

L’autoconsommation est particulièrement intéressante lorsque les besoins de consommation d’électricité et l’ensoleillement (période de production) coïncident. Ils sont particulièrement réels dans les secteurs tertiaire, agricole et industriel, où les besoins de consommation sont en effet synchronisés avec le temps solaire et le profil de production photovoltaïque.

Pour le secteur résidentiel, l’autoconsommation nécessite de déplacer les usages les plus consommateurs dans la journée (production d’eau chaude sanitaire, charge intelligente d’une voiture électrique). La batterie de stockage est cependant une option en devenir : la baisse des coûts rendra son utilisation attractive à moyen terme.

Une tarification du réseau à faire évoluer

Par contre les autoconsommateurs contribuent moins au financement (proportionnel sur la facture au niveau de consommation) des infrastructures du réseau électrique que les autres usagers. Des pertes limitées actuellement, mais le développement de l’autoconsommation d’électricité photovoltaïque pourra amener à faire évoluer la tarification du réseau pour assurer une répartition équilibrée de son financement entre les uns et les autres.

Cette adaptation tarifaire s’inscrit à plus long terme dans l’évolution du réseau pour permettre d’accompagner l’insertion des énergies renouvelables, favoriser la maîtrise de la demande d’électricité et s’adapter à l’évolution des usages.

Source : ADEME

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.