Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

L’avion du futur sera-t-il compatible avec le rail ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Clip AirL’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL ) n’en est certes encore qu’à la maquette, mais le projet Clip-Air qu’elle développe pourrait un jour révolutionner la configuration des aéroports. Clip-Air se compose en effet d’une aile volante, sous laquelle on accroche des capsules, accueillant passagers ou fret, et qui pourraient, une fois détachées, emmener ceux-ci au cœur des villes par le rail.

Il s’agit donc d’un appareil modulaire, sous l’aile volante duquel une, deux ou trois capsules peuvent s’accrocher, selon les besoins. Mais ces capsules autonomes, de la taille d’un wagon de chemin de fer (environ 30 mètres pour 30 tonnes) seraient effectivement compatibles avec le rail : imaginons de monter dans le train à Vichy et de rallier Montréal (ou une autre destination si vous préférez) sans changer… On arrive là à l’idée maitresse du projet : apporter la flexibilité du rail au transport aérien. L’EPFL prépare en effet l’avion de demain plus flexible, plus proche des besoins, plus rationnel et, bien entendu, moins énergivore.

Clip-Air comprend donc d’une part la structure porteuse avec l’aile, le cockpit, le carburant, le train d’atterrissage et d’autre part la charge transportée. « Nous devons encore faire sauter plusieurs verrous mais nous sommes persuadés que cela vaut la peine de s’intéresser à un tel concept, en rupture avec les avions actuels et qui peut avoir un impact sociétal énorme » reconnaît Claudio Leonardi, chef du projet. Mais les études théoriques montrent effectivement le potentiel de cet avion en terme de capacité de transport et y ajoute des économies de maintenance, de stockage et de gestion.

Le projet répond bien entendu aux préoccupations environnementales et obéit aux objectifs européens, pour l’aviation de réduire de 50 % les émissions de CO2 d’ici à 2020. Avec un carburant classique, Clip-Air peut transporter autant de passagers que trois A320 avec deux fois moins de moteurs : « en d’autres termes, voler avec trois modules sous la même aile sur 4000km consomme, au stade actuel du projet, moins de carburant que trois avions de même capacité volant indépendamment, à vitesse et altitude égales » souligne l’EPFL. Mais Clip-Air ambitionne de plus de voler avec d’autres types de carburants moins polluants : il explore ainsi les pistes de l’hydrogène liquide, des biocarburants…

Pour l’heure, la maquette présentée sur le stand de Normandie Aerospace  au Salon du Bourget, du 17 au 19 juin 2013, ne mesure que 1,20 mètre de long, mais le projet mobilise aujourd’hui des chercheurs issus de trois laboratoires de l’EPFL et Claudio Leonardi précise que « le développement du concept passe par la réalisation de simulations aérodynamiques et par un démonstrateur sous la forme d’un modèle réduit volant d’environ 6 mètres doté de mini-réacteurs. Il permettrait, à ce stade, de continuer à explorer le vol et de démontrer la faisabilité du projet. »

Source : EPFL

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “L’avion du futur sera-t-il compatible avec le rail ?”

  1. Le TaGV (lire TaGéVé) un mode de « Transport aérostatique à Grande Vitesse » grâce à l’énergie d’origine photovoltaïque. Sorte de vaisseau aérien, il est d’un concept et d’une construction très économiques, 100% écologique et 100% sécuritaire et conviendrait très bien pour les lignes aériennes intérieures en Afrique, en Chine, en Inde, en Russie, en Australie ou en Amérique du Sud).

    Communiqué 1

    « Didier Delmotte, citoyen français, ancien Président fondateur et propriétaire de la compagnie Air Littoral qu’il a créée en France en 1972, dirigeant un bureau d’études indépendant, vient de déposer un brevet en Suisse avec extension internationale et a l’honneur de vous présenter un nouvel aéronef révolutionnaire dont l’une des nombreuses applications est un dirigeable à la fois aérostat et avion nommé AEROSTAT-PLANE qui s’inscrit entièrement dans une politique de développement durable, avec structure en bois (spruce aviation) et propulsion électrique (ou hybride) avec 1 à 3 ha de surface photovoltaïque selon les modèles.

    De par sa forme rectangulaire et profilée d’aile d’avion, son aérodynamisme est tel qu’il peut voler avec ou sans hélium en fonction de la puissance installée à bord. Selon les modèles et la motorisation, électrique ou hybride avec turbopropulseurs, les capacités de charge sont de 100 à 300 tonnes sur 1.800 à 24.000 km à des vitesses allant de 185 à 555 km/h.

    L’AEROSTAT-PLANE ignore le crash, il est donc de ce fait le véhicule, toutes catégories, le plus sûr au monde. Cette particularité, unique, facilitera grandement l’automatisation totale de ce type de vaisseau aérien, tel un drone géant sécuritaire télécommandé.

    Didier Delmotte précise que de ce dirigeable, il a été développé une version « bombardier d’eau » pouvant larguer jusqu’à 300 tonnes de liquides, ce qui pourrait résoudre tous les problèmes d’incendie dans le monde, ainsi qu’une version « gros porteur » pouvant transporter 1.400 personnes sur 6.000 km avec un confort et une sécurité incomparables, et ce à des prix défiants toute concurrence ».

    Le projet pourrait générer dans le monde, un million d’emplois sur vingt ans. Didier Delmotte ajoute que tous les pays du monde peuvent fabriquer L’AEROSTAT-PLANE, car
    Il s’agit d’une technologie de fabrication simple et de certifications existantes FAR et/ou JAR accessibles à tous.

    Il est précisé que le financement du projet est assuré par la Fondation Indépendante du Développement Durable Didier Delmotte (FIDD) qui recherche des partenaires industriels « avionneur ».

    Documentation technico-commerciale préliminaire illustrée sur demande.

    Contacts : didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 et 0033675575142

    TaGV (said TaGéVé) an aerostatic means or “Transport aérostatique à Grande Vitesse” thanks to energy of photovoltaic origin. Air vessel, it left is a concept and a construction very economic, 100% ecological and 100% safety, and would be appropriate very well for the interior air lines in Africa, in China, in India, in Russia in Australia or South America.

    Official statement 1

    Didier Delmotte, French citizen, former President founder and owner of the company Air Littoral that it created in France in 1972, directing an independent engineering and design department, have just deposited a patent in Switzerland with international extension and have the honor to present a new revolutionary aircraft to you of which one of the many applications is an airship at the same time airship and named plane AEROSTAT-PLANE which fits entirely in a durable policy of development, with structure in wood (spruce aviation) and electric propulsion (or hybrid) with 1 to 3 ha of photovoltaic surface according to models.

    From its rectangular and shaped shape of wing of plane, Its “aérodynamisme” is such as it can fly with or without helium according to the power installed capacity on board. According to the models and motorization, electric or hybrid with turboprops, the load capacities are 100 to 300 tons out of 1.800 to 24.000 km at speeds going from 185 to 555 km/h.

    AEROSTAT-PLANE be unaware of the crash landing, it is thus of this fact it vehicle, all categories, more safe in the world. This characteristic, single, will largely facilitate the total automation of this type of air vessel, a such remote-controlled safely giant drone .

    Didier Delmotte specifies that of this airship, it was developed a version « water bomber » being able to release up to 300 tons of liquids, which could solve all the problems of fire in the world, as well as a version « large transport aircraft » being able to transport 1.400 people out of 6.000 km with an incomparable comfort and a safety, and this at defying prices any competition.

    The project could generate in the world, a million employments over twenty years. Didier Delmotte adds that all the countries of the world can manufacture the AEROSTAT-PLANE, because they are a simple technology of fabrication and existing certifications FAR and/or JAR accessible to all.

    It is specified that the financing of the project is ensured by the Foundation Independent of the Durable Development Didier Delmotte (FIDD) which seeks industrial partners “airframe manufacturer”.

    Preliminary technical-commercial documentation illustrated (in French) on request.

    Contacts: didier.delmotte2@orange.fr 0033139977159 and 0033675575142

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.