Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le chargeur universel sur les rails

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Au cours des dix dernières années, le Parlement Européen a demandé à plusieurs reprises à la Commission de faire une proposition sur un chargeur universel, pour lutter contre les déchets électroniques et faciliter la vie des consommateurs. Douze ans après avoir réuni l’industrie autour du principe de chargeur universel, la Commission européenne propose une solution pour passer à la vitesse supérieure. Jeudi 23 septembre, elle a enfin présenté une proposition relative à ce chargeur . En 2024, tous les smartphones et autres appareils électroniques divers devront intégrer le même port de charge (USB-C). Et il ne sera plus obligatoire de mettre un adaptateur secteur dans la boîte de chaque appareil.

Chargeur universel

De 30 à 3 chargeurs

Des années de collaboration avec le secteur dans le cadre d’une approche volontaire ont déjà permis de réduire le nombre de chargeurs de téléphones mobiles de 30 à 3 au cours de la dernière décennie, mais pas de parvenir à une solution complète d’un seul chargeur universel. En effet, trois formats de port de charge sont actuellement exploités : l’USB-C ‒ présent sur 44 % des smartphones vendus en Europe en 2019  ‒, le micro-USB (38 %) et le Lightning, exclusif à Apple (18 %).

La Commission européenne propose maintenant de réviser la directive RED (Radio Equipment Directive) de 2014, afin d’harmoniser le port de charge des appareils. Le port USB Type-C deviendra le port standard pour tous les téléphones intelligents, tablettes, appareils photographiques, casques d’écoute, haut-parleurs portatifs et consoles de jeux vidéo portatives.

Un chargeur universel dissocié de la vente des appareils

En outre, elle souhaite imposer une norme unique de charge rapide. Elle propose de plus de dissocier la vente de chargeur universel de la vente d’appareils électroniques et de mieux informer les consommateurs. Dans ce but, les producteurs devront fournir des informations pertinentes sur les performances en matière de charge, y compris des informations sur la puissance requise par le dispositif et sur la question de savoir si celui-ci prend en charge la recharge rapide.

La Commission accorde cependant un délai de 24 mois à l’industrie pour qu’elle s’adapte, après l’approbation par le Parlement européen. Ce qui, étant donné ses demandes réitérées, ne devrait poser aucun problème. En 2024, donc, la commodité pour les consommateurs se verra grandement améliorée et ils pourront débarrasser leurs tiroirs des multiples câbles qui les encombrent. La Commission estime en outre que le chargeur universel permettra d’économiser 250 millions d’euros par an, en évitant d’acheter des chargeurs inutiles. Cela aura aussi l’avantage de réduire l’empreinte environnementale associée à la production et à l’élimination des chargeurs.

Sources : Commission européenne, UFC Que choisir

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.