Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le climat méditerranéen gagne du terrain vers le nord

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

rapport climfourelUne étude de l’INRA, réalisé dans le cadre du projet Climfourel (Climat-Fourrages-Elevage), visant à améliorer l’adaptation des systèmes fourragers du sud de la France, analyse les variations climatiques depuis 1950 et montre que le réchauffement s’est accéléré depuis 1979 et que les lignes iso-climatiques ont été transférées de 100 à 300 km vers le nord, étendant le climat méditerranéen :

L’hypothèse d’un changement climatique plus marqué et d’effets amplifiés à l’interface des climats méditerranéen/tempéré a été posée au lancement du projet « Climfourel » (2007) quand la réalité du changement climatique était encore contestée et son ampleur minimisée en France : les tendances reconnues ne portaient que sur les températures, calculées sur un siècle (+0.74°C/siècle mondialement, +1.1°C/siècle en France), insuffisantes pour avoir changé la donne : le changement climatique ne s’étudiait qu’au futur.

C’est désormais au présent que le rapport l’évoque, avec aussi des projections inquiétantes sur le futur. Le changement climatique a évolué en trois phases visibles à l’échelle humaine : 1900-1949, 1950-1979 et 1980-2009. Si les années 1950-1979 correspondent à une période de climat stable, les tendances évolutives sont très significatives sur la période suivante : le réchauffement climatique correspond à 0,5°C par décennie, plus marqué en saison chaude (0,8°C par décennie) qu’en saison froide (0,25°C par décennie). Les indices d’aridité ont aussi fortement évolué : « Le climat méditerranéen s’est étendu (ligne Toulouse‐Albi‐Millau‐Montélimar). Ces changements sont assez importants pour avoir modifié les ressources fourragères. »

Si la période de 1901 à 1945 correspond à un réchauffement lent mais significatif (environ 0,1°C par décennie), celle de 1945 à 1979 enregistre bien une stagnation, avec un léger refroidissement non-significatif (0,04°C). Mais la courbe s’affole sur la dernière période, montrant cette fois un réchauffement rapide, très significatif de 0,5°C par décennie. Il s’agit donc au total d’un réchauffement de 1,8°C sur un siècle, dont 1,5°C sur 1979-2009. « Ces variations ont pour origine les émissions des activités humaines« , souligne le rapport, « Le bilan énergétique terrestre est modifié par des changements de composition et propriétés de l’atmosphère. »

Pour l’avenir (2040-2050), l’étude prévoit toujours une augmentation des températures, mais légèrement plus lente que dans la dernière période et une pluviométrie en baisse de janvier/février à septembre. Les lignes d’iso-climat continuent à remonter vers le nord : « le climat méditerranéen sub-humide couvrira le sud-ouest au-delà d’Agen, la vallée du Rhône jusqu’à Lyon et le Massif Central à altitude inférieure à 600 m) » et continue : « les climats méditerranéens recouvriront 25-30 % du territoire métropolitain dès 2040 et pourraient arriver à la Loire (ligne Nantes-Orléans-Mulhouse) en fin de siècle. Les changements écologiques, hydrologiques, agricoles et paysagers seront considérables comme illustrés par la cartographie des formations végétales. »

Source : Evolution climatique du Sud de la France 1950‐2009, Lelièvre F., Sala S., Ruget F., Volaire F. (2011)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.