Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le dire en français, ou comment comprendre ce dont les autres parlent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

vous pouvez le dire en francais

Le ministère de la Culture et de la Communication, qui a depuis longtemps pris conscience que tout le monde n’est pas forcément bilingue, vient d’éditer un livret consacré aux équivalents français qui doivent être utilisés dans le domaine du développement durable,  intitulé Vous pouvez le dire en français. Ainsi, par exemple, au terme « waste prevention » peut être substitué avantageusement la traduction « réduction des déchets », proposée par la Commission générale de terminologie de l’Académie française.

Il existe déjà un site entièrement dédié aux termes français recommandés par le Journal Officiel : France Terme. Ce site permet de vérifier si un équivalent français existe au terme « traditionnel » anglais que certains spécialistes sont toujours tentés d’utiliser. Il se présente ainsi :

Vous avez besoin d’un terme français ?

Ce site est consacré aux termes recommandés au Journal officiel de la République française. Il regroupe un ensemble de termes de différents domaines scientifiques et techniques et ne constitue en aucun cas un dictionnaire de langue générale. Certains de ces termes sont cependant d’usage courant. L’emploi des termes recommandés s’impose à l’administration, mais chacun peut les adopter.

La Délégation Générale à la langue française et aux langues de France (DGLF) a créé cette base de données, regroupant environ 5 000 termes (pour la quasi-totalité en anglais) classés dans diverses rubriques techniques, scientifiques et économiques. Des campagnes de communication sont d’ailleurs régulièrement menées par le ministère auprès des professionnels concernés et des médias pour les informer des équivalents français et les encourager à les utiliser.

Une démarche en droite ligne de celle de nos amis québécois, qui ont même créé éventuellement des néologismes, tel « courriel » par exemple, finalement beaucoup plus parlants que des termes utilisés mais parfois mal compris. Démarche qui présente deux avantages : permettre à certains « attardés » non bilingues (si, si, je vous assure que  ça existe !) de comprendre le sujet de la conversation, et – et surtout – de continuer à faire exister la langue française.

Sources : Journal de l’environnement, France Terme

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.