Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le dispositif CEE, outil incontournable de rénovation thermique

AdemeLa rénovation thermique du parc immobilier est une priorité pour atteindre les objectifs fixés par l’Union Européenne. Et, comme le démontre une récente étude de l’ADEME, le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) constitue l’un des outils incontournables pour inciter le grand public à passer à l’action pour mieux isoler ou équiper son habitat : il a un « effet déclencheur de travaux. »

En effet, révèle l’étude, pour plus des trois quarts des ménages ayant réalisé des travaux d’énergie, la « prime CEE » a eu un effet incitatif : que ce soit pour entreprendre des travaux plus tôt que prévu (dans 30 % à 40 % des cas, selon les régions), pour choisir des travaux plus performants (dans 30 % à 50 % des cas) soit encore pour faire réaliser les travaux par un professionnel (50 % à 60 % des cas).

Cet effet incitatif est dû à la fois aux conseils délivrés et à l’aide financière appropriée. La « prime CEE » vient en complément d’autres incitations financières telles que le crédit d’impôt développement durable et l’éco-prêt à taux zéro, d’autant plus que plus de la moitié des ménages en ayant bénéficié n’a touché aucune autre aide financière.

L’ADEME constate donc que le dispositif des CEE a un rôle de promoteur de la performance énergétique : il incite à investir dans des équipements de meilleure performance énergétique pour le logement. Le dispositif contribue également à la transformation du marché des travaux, car, aujourd’hui, la recherche d’économies d’énergie motive les travaux (pour 60 % des ménages ayant réalisé des travaux), avant la vétusté des équipements (40 %) et l’amélioration du confort (25 %).

Et les résultats sont là puisque, selon l’étude, 95 % des ménages interrogés pensent avoir réduit leurs dépenses énergétiques ou l’ont déjà constaté, et qu’entre 35 % et 75 % des cas (selon les panels) considèrent que les conseils reçus dans le cadre des CEE leur ont permis de choisir des travaux plus performants que prévus initialement. L’ADEME chiffre à 8,1 millions de tonnes les émissions de CO2 évitées grâce aux CEE pour la période 2006 – 2011.

Efficience, efficacité et gouvernance du dispositif des CEE doivent être évaluées courant 2013 par la Cour des Comptes, afin d’en améliorer le fonctionnement et de fixer les objectifs de la troisième période, qui débute dès le 1er janvier 2014, et l’ADEME conclut :

Pour être plus efficace encore, l’ADEME recommande un renforcement du dispositif : les objectifs qui seront fixés pour la période 2014-2016 devront être toujours plus ambitieux pour contribuer à l’atteinte de l’objectif des 20% d’efficacité énergétique fixé à l’horizon 2020. A ce titre, en 2012, l’ADEME a été missionnée par la DGEC pour estimer le potentiel d’économies d’énergie accessibles sur la période 2014-2016 : l’évaluation de ce gisement d’économies permettrait d’envisager une obligation de 900 TWh cumac pour la troisième période.

Pour nos lecteurs, sachez également qu’Eco CO2 a créé une structure collective, baptisée Eco CEE, et est devenu ainsi un nouvel obligé du dispositif des CEE. Nous y reviendrons plus longuement dans un prochain article.

 Source : ADEME

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.