Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le gaspillage alimentaire : Retour sur la 3ème édition de la Journée nationale

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

gaspillage alimentaireLe 16 octobre, a eu lieu la troisième Journée nationale du gaspillage alimentaire, qui cherche à mobiliser tous les acteurs concernés, du citoyen au professionnel, afin de réduire ce gâchis. L’ADEME fait le point à cette occasion sur les raisons du gaspillage alimentaire et rappelle les bonnes pratiques à mettre en œuvre par tous. Alors que le gaspillage alimentaire représente entre 20 et 30 kg d’aliments par personne et par an en France, de petits gestes simples, recensés par l’agence, permettent déjà de le réduire pratiquement de moitié dans les ménages. Il faut y ajouter tout ce qui peut se réaliser au niveau des restaurants et des magasins pour diminuer les aliments jetés : le gaspillage alimentaire, c’est aussi un gaspillage d’énergie.

En 2014, l’ADEME a en effet mené une étude auprès de 20 foyers, qui ont testé au quotidien de petits gestes pour réduire le gaspillage au niveau familial : il était évalué à un peu plus d’un repas jeté à la poubelle chaque semaine. Pendant cinq semaines, ils ont essayé de respecter des gestes concrets afin de le limiter : une vigilance sur les promotions en magasin, une meilleure gestion du réfrigérateur, des portions plus adaptées à la réalité familiale, la consommation des restes… Au final, pour les 20 ménages témoins, la diminution globale a atteint – 44 %, ce qui a permis de diminuer les coûts de 49 %.  L’impact économique du gaspillage est estimé à 159 € par an et par personne, soit 7,7 % des dépenses alimentaires. Les foyers témoins ont réussi à la faire baisser à 77 €. Pour les ménages, on peut retrouver tous les conseils de l’ADEME dans le guide Manger mieux, gaspiller moins et dans une vidéo de quelques minutes.

Mais la restauration représente aussi 15 % du total du gaspillage alimentaire et celui représente aussi de l’eau et de l’énergie dépensée en vain. L’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie s’est donc joint à l’ADEME pour éditer un guide des bonnes pratiques à l’intention des restaurants commerciaux, afin d’optimiser les consommations d’eau, d’opter pour des achats responsables et de limiter la production de déchets et de bien les gérer. 400 chefs ont ainsi contribué à ce guide des bonnes pratiques dans les restaurants commerciaux. Notons d’autre part que des départements (Lozère, Gard…) s’engagent peu à peu pour généraliser auprès des restaurateurs locaux les « restos box » qui permettent aux clients d’emporter leurs restes afin de les consommer plus tard, et aux restaurateurs de réduire significativement leurs déchets.

Enfin de nombreux distributeurs se mobilisent pour donner les invendus à des associations qui s’occupent de les redistribuer aux ménages qui en ont le plus besoin. Ainsi un supermarché a pu réaliser grâce à l’agence un bilan de son gaspillage, ce qui lui a permis de les réduire de moitié en un an (soit  300 000 € d’économies environ) et de sensibiliser le personnel.

Source : ADEME

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

0 réponse sur “Le gaspillage alimentaire : Retour sur la 3ème édition de la Journée nationale”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.