Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le recyclage du papier reste insuffisant en France

ecofolioEcofolio, l’éco-organisme en charge de la filière de recyclage du papier, vient de rendre publique une étude, réalisée par Bio Intelligence Service, qui montre que la France est peu performante dans ce domaine en raison du coût important – le plus fort d’Europe -de collecte et de tri du papier. Pour arriver à cette conclusion, cette étude établit en effet une comparaison économique des modes de gestion des déchets papiers dans différents pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Suède et France.

L’étude porte particulièrement sur les déchets de papiers graphiques (imprimés divers) pris en charge par les collectivités locales (déchets ménagers et assimilés) Il en ressort que le coût de gestion des papiers graphiques supporté par les collectivités locales françaises se révèle bien supérieur que celui relevé dans les autres collectivités européennes. Alors que les coûts européens se situent entre 0,35 € et 1,84 €  par habitant et par an, ils culminent en France à 3,45 € par habitant et par an.

Une différence qui résulte selon l’étude de trois facteurs :

  • Contrairement aux collectivités locales des autres pays étudiés dans lesquelles elles cèdent des flux à trier, les coûts directement assumés par les collectivités françaises incluent le coût de tri ;
  • L’écart de coût est d’autant plus accentué que la collecte est majoritairement organisée sur des schémas en mélange qui complexifient les opérations de tri et les rendent plus onéreuses ;
  • Les schémas déployés privilégient un haut niveau de service à l’usager, en particulier en s’appuyant sur la collecte en Porte à Porte.

Les schémas de collecte présentent effectivement une grande dispersion des coûts, qui peuvent aller jusqu’à 500% d’écart : 100€ la tonne en apport volontaire (en déchèterie) ou en flux dédié, 200€ la tonne pour une collecte en porte à porte et jusqu’à 500€ pour une collecte en flux mélangé avec les autres emballages, la plus répandue en France. De toute façon, la collecte française manque de performance  puisque finalement 47 % seulement des papiers graphiques sont recyclés ici, contre 75 % en Allemagne (et au minimum 59 % dans les autres pays).

Géraldine Poivert, directrice générale d’Ecofolio, explique ces mauvais résultats et propose de donner à la collecte un nouvel élan :

Le modèle français est onéreux parce qu’il a privilégié un haut niveau de service à l’habitant mais aussi parce que les schémas de collecte et de tri privilégient le mélange des papiers et des emballages. Il est urgent de les améliorer. A l’heure où les déchets doivent devenir des ressources et les papiers une matière première compétitive pour nos industries, nous devons conduire un diagnostic approfondi pour améliorer les schémas dans une logique d’économie circulaire. C’est pourquoi Ecofolio propose aux collectivités locales un nouveau partenariat vers la maîtrise des dépenses, plus de recyclage et plus d’accompagnement pour co-construire ensemble l’économie circulaire des papiers. Les collectivités ont été à l’avant-garde de la collecte sélective dans les années 90, nous devons réitérer cet élan dans une dynamique industrielle

Source : Ecofolio

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.