Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Le soleil procure plus de revenus aux agriculteurs allemands qu’à leurs collègues français

Hangar agricole photovoltaiqueL’office fédéral allemand des statistiques vient de réaliser un recensement agricole en Allemagne, le premier depuis plus de 3 ans. Depuis 2007, le pays a perdu 7 % d’exploitations, mais leur taille moyenne a augmenté, atteignant 56 hectares. Mais surtout cette étude établit qu’un tiers des paysans allemands réalisent une partie de leur chiffre d’affaires dans d’autres activités que la culture et l’élevage, et notamment dans les énergies renouvelables. Ce n’est pas le cas de leurs collègues français qui justement s’inquiètent des décisions récentes du gouvernement, qui les empêchent de conforter leurs revenus grâce à la production d’énergie.

Près de la moitié (42 %) des exploitants allemands qui ont dégagé des bénéfices en 2010, hors exploitation agricole, l’ont fait grâce à la production d’énergie à partir de sources renouvelables. Les autres (un peu plus d’un quart) ont effectué des travaux d’intérêt général pour les communes ou, pour le dernier quart se sont occupés de travaux forestiers. Leurs investissements ont porté à la fois sur la production d’énergie à partir des déchets végétaux, ou à partir du vent, mais l’essentiel provient de l’installation de panneaux solaires.   Leur engouement s’explique d’une part par la baisse du prix des équipements photovoltaïques (notamment de ceux fabriqués en Chine) et d’autre part par une législation avantageuse qui leur garantit le prix de vente de l’électricité produite.

Cela suscite cependant des débats en Allemagne, pourtant très largement favorables aux énergies renouvelables :  parce que les panneaux solaires commencent à envahir les terres cultivables, et aussi parce que ce sont les consommateurs allemands qui paient finalement la facture. En effet le prix de rachat garanti au producteur provoque une hausse importante du prix du kWh facturé au consommateur.

Pendant que les agriculteurs allemands augmentent leurs revenus grâce à l’énergie solaire, l’humeur de leurs collègues français est plutôt orientée à la grogne : beaucoup souhaitaient justement miser sur l’énergie solaire en équipant les toits de leurs hangars de panneaux photovoltaïques. Mais le gouvernement a décidé d’instaurer un moratoire de trois mois sur les gros projets, donc ceux des agriculteurs et des industriels. S’ils espéraient augmenter leurs revenus grâce à la revente de l’électricité, tout est remis en question : des centaines de projets se trouvent aujourd’hui abandonnés. Déjà ébranlées par les diminutions successives prévues du tarif de rachat de l’électricité, leurs convictions que les énergies renouvelables  leur permettront de rentabiliser d’autres investissements s’amenuisent de jour en jour. Ce moratoire pénalise non seulement la filière photovoltaïque, mais aussi la filière agricole qui y voyait un moyen de se moderniser de manière écologique. 2010 a été une année sombre pour les exploitants agricoles français, qu’en sera-t-il de 2011 ?

Sources : La France Agricole, Bâti-dépôt, pleinchamp.com (image)