Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

L’eau et l’assainissement : combien nous coûtent-ils ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Combien coûte l’eau en moyenne aux ménages français ? De quoi est composé leur facture ? Quelle est la qualité de l’eau qu’ils consomment ? Autant de questions concernant l’eau et l’assainissement auxquelles répond annuellement le rapport national SISPEA (Système d’information des services publics d’eau et d’assainissement), publié par l’Observatoire national des services publics d’eau et d’assainissement. Les derniers chiffres connus portent sur l’année 2019. Ils montrent une légère hausse du prix de l’eau par rapport à l’année précédente.

L'eau et l'assainissement

Une eau potable de bonne qualité, mais des fuites importantes

Il s’agit du 11ème rapport de l’Observatoire, initié en 2009. Il reprend les données de la base SISPEA et constitue un outil destiné aux collectivités et à leurs opérateurs pour piloter leurs services, calculer leurs indicateurs, préparer leur rapport annuel sur le prix et la qualité des services et se comparer à d’autres services.

Selon le rapport, la qualité de l’eau potable est globalement très bonne en France. Les taux de conformité microbiologique et physico-chimique sont stables, autour de 98 % pour l’année 2019. Le rendement moyen est évalué à 80,4 %, avec une légère augmentation de services non-conformes. Autrement dit, un litre sur 5 d’eau mise en distribution se perd dans les fuites à différents niveaux.

D’autres informations concernent la consommation d’eau dans les ménages français. Elle se monte à 147 litres par personne et par jour. C’est beaucoup par rapport à nos voisins allemands (122 litres), mais peu par rapport à nos voisins italiens, gros consommateurs d’eau à 243 litres par personne et par jour. Les Français consacrent en moyenne 1,3 % de leur budget à l’eau et à son assainissement.  

L’eau et l’assainissement : plus on consomme, moins on paie au mètre cube

L’Observatoire se livre aussi à une étude approfondie des factures d’eau et de leur montant en fonction de volumes d’eau consommés allant de 50 mètres cubes à 200 m3. La facture d’eau se compose de deux éléments (parfois réglés séparément d’ailleurs) : le volume d’eau consommé et l’assainissement.

Une constatation s’impose tout d’abord : le tarif moyen par mètre cube est dégressif au fur et à mesure que les volumes consommés augmentent. Autrement dit, dans la même commune, un ménage qui consomme 20 m3 annuellement paiera plus cher le m3 qu’un ménage consommant 80 m3. La décroissance est très forte en passant de 20 à 50 ou à 80, puis plus faible ensuite. Ceci est directement dû à l’effet de la part fixe (abonnement au service par exemple) qui représente une part importante de la facture pour un faible volume consommé, alors qu’elle est répartie sur de nombreux m3 lorsque les volumes consommés augmentent. Et très peu de services proposent une tarification de consommation par tranche : moins de 400 services sur plus de 13 000 en ce qui concerne l’assainissement collectif, moins de 1 000 sur plus de 11 000 pour l’eau potable.

Un prix moyen, mais une variabilité importante

Au 1er janvier 2020, le prix moyen TTC (redevance, taxes et abonnement inclus) de l’eau et l’assainissement collectif s’élevait à 4,19 € par m3 pour un ménage consommant 120 m3. Mais ce prix et ses deux composantes peuvent varier considérablement d’une région à l’autre : 80 % de la population bénéficie d’un prix de l’eau potable compris entre 1,59 €/m3 et 2,71 €/m3 et d’un prix de l’assainissement collectif compris entre 1,37 €/m3 et 3,08 €/m3.

Pour une facture globale de l’eau, la part fixe représente en moyenne 13 % du tarif, les taxes et redevances diverses (dont TVA) 21 % du total. Les « charges directes » de l’eau potable et de l’assainissement collectif sont respectivement évaluées à 38 %, soit 1,59€ HT/m3, et 41 %, soit 1,72€ HT/m3.

Le prix global de l’eau est plus élevé au nord d’une diagonale allant du sud-ouest au nord-est. En France métropolitaine, la Bretagne (4,81 €/m³), la Normandie (4,69 €/m³) et les Hauts-de-France (4,67 €/m³) présentent les prix moyens les plus élevés et, à l’opposé, la Provence-Alpes-Côte-d’Azur (3,66 €/m³), l’Occitanie (3,82 €/m³) et le Grand-Est (3,90 €/m³) présentent les prix moyens les plus faibles.

Source : Observatoire national des services publics d’eau et d’assainissement

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.