Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

L’éco-blanchiment fait de moins en moins recette

L’ADEME et l’ARPP (Autorité de régulation professionnelle de la publicité, ex-BVP) publient le septième rapport Publicité et Environnement. Sur les 13 964 publicités étudiées en 2013, 93 % sont conformes aux dispositions déontologiques de la recommandation Développement Durable de l’ARPP : il s’agit du meilleur taux enregistré depuis 7 ans.

ARPPFidèles aux engagements pris dans le cadre de la charte d’engagements et d’objectifs pour une publicité éco-responsable de 2008, l’ARPP et l’ADEME rappellent, à travers ces bilans annuels, aux professionnels la nécessité de rester vigilants sur leur communication environnementale. Ce nouveau rapport prouve que l’éco-blanchiment, ou greenwashing,  fréquent il y a quelques années est nettement en perte de vitesse. L’effort de pédagogie reste toutefois essentiel, informer et guider les annonceurs, leurs agences et les médias, à l’aide de ces bilans, reste donc une priorité pour l’ARPP.

Onze secteurs ont été examinés : l’agriculture et le jardinage, l’alimentation, l’ameublement et la décoration, les appareils ménagers, l’automobile et le transport, les bâtiments, les boissons, l’entretien, l’énergie, l’hygiène et la beauté, l’immobilier, dans des médias comme les bannières internet et la presse (la télévision faisant l’objet d’un contrôle systématique des films avant leur diffusion). Si le nombre total des manquements (non-respect des normes légales et déontologiques en vigueur est resté le même que l’année précédente, 5 %, une baisse de 1 point est observée dans les réserves (non-respect des normes en vigueur moins grave ou périphérique par rapport au message principal) émises : 2 % en 2013 contre 3 % en 2012.

Si le taux de conformité atteignait juste 64 % en 2006, il est monté à 92 % en 2012 et 93 % pour 2013.Sur les 13 964 publicités examinées, 468 constituaient des publicités environnementales, 25 présentaient des manquements, 9 faisaient l’objet de réserves. Valérie Martin de l’ADEME ainsi souligné que « Aujourd’hui, avec ce septième bilan, force est de constater que le message est plutôt bien passé et que nous entrons dans l’âge de maturité de la publicité responsable. Alors que le taux de conformité aux règles de la publicité responsable était de 64 % en 2006, il est désormais stabilisé à plus de 90 % depuis 2012 et ce, bien que la Recommandation de l’ARPP de juin 2009 ait rehaussé le niveau d’exigence. »

Pour le président de la Commission développement durable de l’Association des Agences Conseils en Communication (AACC), Gildas Bonnel, « Cette nouvelle édition de l’étude ADEME-ARPP témoigne, une fois encore, d’une réelle intégration des enjeux environnementaux dans le secteur de la publicité. Il reste des manquements certes mais, ils sont assez circonscrits. Nous sommes très loin des années 2009-2010 où le greenwashing faisait florès. La profession avance au même rythme que la société toute entière. Les communicants ont progressé dans leur compréhension des sujets écologiques et ont développé les mêmes réflexes de vigilance que leurs concitoyens. »

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “L’éco-blanchiment fait de moins en moins recette”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.