Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

L’Elysée et le CO2

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La cour du Palais de l'ElyseeEn 2008, le magazine Terra Economica avait calculé que le Président Sarkozy, en raison de ses nombreux déplacements à l’étranger, rejetait, à lui seul, plus de 7 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit les émissions moyenne d’un millier de Français et pensait même que 2009 serait pire :

Le chef de l’Etat émet en un an autant de gaz à effet de serre que mille Français ordinaires, que 823 vaches laitières ou encore autant qu’une Smart qui aurait parcouru 1750 fois le tour de la Terre.

L’analyse rappelait alors les paroles du président, en conclusion du Grenelle de l’environnement : « Comment devenir un exemple si on n’est pas capable de s’appliquer à soi les règles qu’on voudrait voir retenues par les autres ? », et déplorait l’absence de communication de l’Elysée et des ministères en matière de bilans carbone, portant cette fois sur l’ensemble des sites et des personnels.

Ceux-ci ayant été fournis, quoique ne portant pas obligatoirement sur les mêmes années, le magazine a récemment réalisé un classement, en se basant cette fois sur les bilans carbone établis par les ministères eux-mêmes. Certains ont cependant omis de les communiquer, comme le ministère de l’Intérieur, ou plus simplement de les réaliser, comme le ministère des Affaires Etrangères, et ne sont donc pas pris en compte dans le classement.

Nous avons évoqué, il y a quelques jours, le premier bilan du plan « Administration Exemplaire » (article du 12 octobre), il semble intéressant de le compléter aujourd’hui à la lumière des chiffres des bilans carbone des administrations centrales, et de leur classement.

Premier émetteur de gaz à effet de serre : l’Elysée, avec 33 837 tonnes d’équivalent CO2 rejetées dans l’atmosphère en 2008, soit un taux de 32,82 tonnes par agent. Un nouveau bilan a été promis pour 2011 et quelques mesures ont été prises depuis, avec l’isolation thermique de certains bâtiments, l’équipement en lampes basse consommation, l’utilisation de la visioconférence ou encore la modernisation du parc automobile. Auront-elles suffi pour diminuer de manière significative ce bilan, tout en démesure ?

Le second de ce classement, sur un bilan effectué en 2009 sur les seuls sites parisiens, est l’Education Nationale, avec 10 600 tonnes de CO2 émises, soit 5,57 tonnes par agent. Mais ce ministère utilise des locaux répartis également partout en France, et a entamé de nouveaux calculs, basés cette fois sur l’ensemble des bâtiments, qui auront alors une toute autre signification. Par contre, le ministère n’a encore chiffré aucune mesure, mais le plan d’action, en cours d’élaboration, s’appuiera en partie sur la formation des agents en matière de développement durable (achats, utilisation des ressources…).

Et qui pointe son nez à la troisième place ? Mais le ministère de l’Ecologie, lui-même, apparemment pas si « vert » que ça, et tout juste digne d’un « Peut mieux faire » ! Par contre, il a réalisé deux bilans : le premier en 2008 indiquait 34 900 tonnes équivalent CO2, 5,81 tonnes par agent. Le second, effectué en 2010, constate une baisse sensible et se fixe à 5,54 tonnes par agent. Mais le ministère va prendre des mesures de maîtrise de la consommation d’eau déjà, et compte économiser 30 % sur 5 ans par un simple réglage des chasses d’eau dans l’un des bâtiments.

Le ministère de l’Agriculture apparaît au 4ème rang, sur les chiffres d’une étude réalisée en 2008, et qui sera réactualisée en 2012 : 11 010 tonnes, 4,75 tonnes par agent. Mais en 2009, un bilan carbone, prenant en compte les sites décentralisés dans toutes les régions de France cette fois, s’élevait à 96 521 tonnes équivalent CO2, soit 7,42 tonnes par agent. Rappelons d’autre part que le premier bilan du plan « Administration Exemplaire » pointait sa voracité en matière de papier, dont chaque agent consomme le double de la moyenne de ses collègues des autres ministères.

Puis viennent  en 5ème position le ministère de l’Economie et des Finances (bilan de 2008 : 61 648 tonnes, soit 4,56 t/agent), et  en 6ème la Défense (14 000 tonnes, soit 4,11 t/agent, sur un bilan partiel de 2008. Les mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, envisagées par les uns et par les autres, tournent d’abord autour de la visioconférence, et la dématérialisation des moyens d’information citées par 5 ministères ; les déplacements avec un parc automobile modernisé, ou le train privilégié plutôt que l’avion, cités aussi par 5 ministères ; l’utilisation de produits bios (l’un rajoute « et de proximité », notion tout aussi importante pour le CO2) ; l’utilisation de lampes basse consommation et le tri sélectif.

Sources : Terra Economica, Développement Durable, AFP, Caradisiac (image)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.