Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les chasses d’eau bientôt normalisées par la Commission Européenne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

commission européenneAprès avoir récemment abandonné ses projets de réglementation de la taille des bouteilles d’huile d’olive, tout comme une politique qui discrimine les concombres courbes, la Commission Européenne a décidé de se pencher sur les chasses d’eau, en les normalisant, dans le but d’optimiser l’utilisation de l’eau, avec à la clé un label écologique pour nos toilettes. Certains y voient une perte de temps ou un gaspillage d’argent public.

Après une initiative qui remonte à 2011 et une année entière de mobilisation d’experts et d’industriels, un rapport technique de 60 pages, qui aurait, selon certaines sources, coûté 88 000 €, a donc été réalisé par un groupe de travail, qui a étudié le comportement des utilisateurs, évalué le scénario de base et identifié les meilleures technologies disponibles. Il a ainsi déterminé que  deux « éléments principaux » semblent avoir des conséquences sur la consommation d’eau des toilettes à chasse : le design (?!) et le comportement de l’utilisateur.

En ce qui concerne les différentes pratiques des pays examinés, le groupe de travail a relevé que par exemple que l’installation de chasses d’eau utilisant plus de 6 litres est désormais interdite au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, une mesure qui devrait également voir le jour en France et au Portugal. Cependant la Grande-Bretagne est pointée du doigt pour son utilisation excessive d’eau dans les toilettes, car certaines installations requièrent 7 à 9 litres. Elle est ainsi jugée par les experts comme l’un des plus gros consommateurs d’eau en matière de toilettes : 30 % de la consommation d’eau domestique des foyers anglais y sont consacrés, contre seulement 14 % pour les Finlandais. D’autre part, les procès-verbaux de l’une des réunions du groupe de travail mettent en évidence les « conclusions principales » suivantes : les sièges et les abattants des toilettes ne sont pas vraiment associés à la fonction du produit ; les sièges et les abattants des toilettes sont souvent vendus indépendamment du « produit » principal ; le choix des consommateurs dans les sièges et les abattants de toilettes est très variable. Apparemment donc, pas d’uniformisation en vue de ce côté !

Mais le rapport nous apprend d’autres détails capitaux sur le comportement à travers l’Europe. Ainsi l’Allemagne arrive largement en tête pour le nombre de cabinets d’aisance et d’urinoirs (77 millions), devant l’Espagne (49,2 millions), l’Italie (46,5 millions). Un journal anglais a d’ailleurs an a d’ailleurs profité pour souligner que la France a 3,3 millions de WC et d’urinoirs de moins que le Royaume Uni (45,3 millions), bien qu’elle soit plus peuplée.

Les experts estiment que les toilettes devraient se contenter d’un maximum de 5 litres d’eau. La Commission Européenne devrait toutefois recommander 6 litres pour une « évacuation normale », et 3 litres seulement pour une chasse « économique ». Un chiffre que contestent d’ailleurs les Anglais, qui trouvent 3 litres insuffisants et veulent pouvoir continuer à en utiliser 4 pour une demi-chasse.

Le sujet est toutefois pris très au sérieux par la Commission Européenne qui estime que cette réglementation pourrait faire économiser 6 600 litres d’eau par an et par foyer. Elle devrait donc discuter et adopter dans les prochaines semaines les critères écologiques retenus pour l’attribution d’un écolabel aux toilettes à chasses d’eau.

Sources : Eur’Activ, Le Figaro, Les Echos

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.