Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les énergies fossiles encore largement financées par les banques françaises

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Selon la 13ème édition du rapport Banking on Climate Chaos, les banques françaises ont financé à hauteur de 350 milliards de dollars les énergies fossiles sur la période 2016-2021. Sur cette somme, 130 milliards sont allés aux 100 entreprises développant le plus de nouveaux projets d’énergies fossiles. Les ONG à l’origine de ce rapport les appellent à respecter leurs engagements sur le climat en arrêtant de les soutenir.

énergies fossiles

Banking on Climate Chaos ou le financement des énergies fossiles

Le rapport Banking on Climate Chaos est publié chaque année depuis 13 ans. Il émane de Rainforest Action Network en collaboration avec BankTrack, Indigenous Environmental Network, Oil Change International, Reclaim Finance, Sierra Club, et Urgewald. L’édition 2022 est soutenue par 500 ONG dans le monde. Ce rapport insiste largement sur la responsabilité directe des banques dans le monde dans notre dépendance aux énergies fossiles.

Au total, le financement des énergies fossiles par les 60 plus grandes banques du monde a atteint 4 582 milliards de dollars au cours des six années qui ont suivi l’adoption de l’Accord de Paris, dont 742 milliards pour la seule année 2021. 6 banques américaines sont à l’origine de 29 % du financement des énergies fossiles (JPMorgan Chase, Citi, Wells Fargo et Bank of America, suivis par Morgan Stanley et Goldman Sachs).

Trois banques françaises pour 87 % des capitaux

La France n’est pas en reste : c’est le 3ème pays à soutenir le plus le développement des énergies fossiles (après les Etats-Unis et la Chine), et le 1er de l’Union Européenne. 87 % de ces capitaux proviennent de seulement 3 banques : BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole.

Pourtant les banques françaises sont toutes membres de la Net Zero Banking Alliance. En rejoignant cette alliance, elles se sont engagées à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, avec une réduction de leurs émissions de 50 % d’ici 2030. Selon Reclaim Finance, BNP Paribas se distingue particulièrement : elle est le 5ème financeur mondial de nouveaux projets d’énergies fossiles, après 4 banques des Etats-Unis.

Une seule banque française arrête son soutien aux énergies fossiles

Une seule banque française a mis en place une politique d’exclusion robuste, limitant de manière significative les soutiens aux principales entreprises responsables de l’expansion de pétrole, gaz ou charbon : la Banque Postale. Celle-ci a annoncé il y a quelques mois une politique novatrice qui suspend son soutien à toutes les entreprises développant le pétrole et le gaz, et qui engage la banque à abandonner complètement le financement du pétrole et du gaz d’ici 2030.

« Alors que le gouvernement a demandé depuis 2 ans à la place financière de Paris de sortir des hydrocarbures non conventionnels, les grandes banques n’ont même pas renoncé à alimenter ces secteurs les plus menaçants pour l’environnement et les communautés. Elles figurent par exemple en haut de la liste des financeurs de l’exploitation pétro-gazière en Arctique et en mer. Malgré d’importantes baisses de ces financements en 2021, BNP Paribas parvient ainsi à rafler la position de 1er banquier mondial de ces deux secteurs hautement critiques pour la planète, depuis l’adoption de l’Accord de Paris », explique Reclaim Finance.

Sources : Reclaim Finance, Bon Pote

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.