Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les Français et la transition énergétique

Débat public transition énergétiqueLe débat public engagé sur la transition énergétique et la future Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) s’est clos le 30 juin. S’il est un peu tôt pour en avoir le bilan complet, il s’en est notamment dégagé des tendances sur les aspirations de la population française en matière de transition énergétique. Tendance confirmées par les réponses données au questionnaire par 400 citoyens représentatifs de la population françaises dont la commission particulière chargée du débat public (CPDP) a voulu recueillir l’avis.

Un débat sur la transition énergétique de qualité

Selon Jacques Archimbaud, président de la Commission particulière du débat public chargé de la PPE, interrogé par l’AFP peu avant sa clôture, « les gens répondent nombreux ; on a tenu je crois 45 réunions publiques, on a une bonne participation sur internet. On est satisfaits de la quantité et de la qualité. A l’arrivée, on va avoir une centaine de réunions locales et je pense un peu plus de 10.000 participants« .

« On a des sujets extrêmement divers« , poursuit-il. Par exemple « la question de l’efficacité énergétique, des économies d’énergie, en particulier dans le bâtiment… ont été omniprésentes dans les débats. En gros l’idée qui se dégage, c’est qu’il y avait une loi de transition qui représentait un compromis honorable, acceptable… Le message c’est : ne remettez pas en cause la loi, ne prenez pas des décisions qui la déséquilibrerait ou en retarderait l’application… Ne traînez pas à appliquer la loi ».

En fait, des 11 400 réponses au questionnaire diffusé, il ressort 5 points essentiels : il faut intensifier la transition, la mettre au bénéfice de tous, développer la plupart des énergies renouvelables, répondre aux questions posées par le nucléaire et renforcer l’action territoriale.

Les mêmes tendances pour le panel

La vision de la transition énergétique du panel de 400 citoyens ne s’avère guère différente en ce qui concerne les tendances dégagées lors du débat. Globalement, le panel estime en effet à 81 % que la transition est trop lente et la France en retard. Une majorité estime aussi la politique énergétique incohérente (64 %) et incompréhensible (61 %).

Il juge de plus à 77 % les efforts demandés aux Français socialement et injustement répartis. Que ce soit sur la mobilité durable (54 %), les économies d’énergie (61 %) ou les énergies renouvelables (60 %), les panélistes estiment que leur région n’en fait pas assez par rapport aux autres. Aucun ne juge qu’elle en fait trop. Mais ils aimeraient à 77 % que les collectivités territoriales pèsent plus lourd dans les politiques énergétiques.

En ce qui concerne la mobilité électrique, la question divise : 45 % pensent que la moitié du parc peut être convertie à l’électricité en 2035, mais 48 % ne l’estiment pas souhaitable. En ce qui concerne les énergies renouvelables, les panélistes souhaitent à une majorité confortable que la France accélère son programme sur la géothermie, les éoliennes en mer et le biogaz ; à une plus petite majorité sur l’hydroélectricité et le photovoltaïque. Les éoliennes à terre et le bois énergie rencontrent en revanche moins de succès.

Pour le parc nucléaire, 44 % souhaitent la réduction prévue pour 2025, les autres la reportent cependant à plus tard : 2030 pour 18 %, 2035 pour 21 % et même au-delà pour 12 %. Mais ils se rassemblent sur le fait qu’il doit être décidé avant 2028 de fermer d’autres centrales que Fessenheim (77 %), d’ouvrir de nouveaux EPR (67 %) et de prolonger les réacteurs au-delà de 50 ans (62 %).

Sources : Info Durable, Environnement-Magazine, Actu-Environnement

 

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.