Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les Français et l’entretien de leur système de chauffage

Savelys, filiale de GDF Suez spécialisée dans l’entretien des chaudières, a interrogé en octobre, par l’intermédiaire de Viavoice, plus de 1 000 personnes sur les opérations d’entretien de leurs systèmes de chauffage : chaudières, pompes à chaleur et poêles à bois. La sécurité constitue la principale motivation des sondés  qui, par contre, ne savent pas toujours à qui incombe la responsabilité de cet entretien.

La principale raison de l’entretien des équipements de chauffage reste avant tout la sécurité : il s’agit de la préoccupation première de 91 % des sondés qui souhaitent avoir confiance dans leurs appareils, quelque soit leur alimentation. Environ un tiers seulement (37 %) reconnait que cela peut leur permettre de réaliser des économies d’énergie. Un chiffre un peu faible à une période de forte augmentation des factures énergétiques pour cette opération pourtant rentable : selon l’Ademe, un entretien régulier permet pourtant d’économiser entre 8 % et 12 % d’énergie, ce qui n’est pas négligeable. Un peu plus d’un tiers aussi (36 %) cite comme motivation la performance et la fiabilité des appareils. Par contre, le confort de son intérieur n’entre en ligne de compte que pour 17 % des sondés.

Mais à qui incombe cet entretien ? Propriétaire ou locataire ?  Et là, une majorité des Français se fait une fausse idée de la responsabilité de cet entretien. En effet, 57 % pensent que c’est le propriétaire du logement qui doit faire procéder régulièrement à cette opération. Or elle relève en fait du locataire, et il s’agit même d’une obligation pour ce dernier : cet entretien régulier est obligatoire depuis un décret de 2009, qui prévoit une visite annuelle par un personnel qualifié. Savelys précise cependant que « le propriétaire peut néanmoins décider de faire réaliser cet entretien et d’en reporter les coûts dans les charges. Pour une chaudière, le coût des réparations (hors pièces d’usure) revient à la charge du propriétaire de l’appareil. »

Source : Batiactu