Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les parents et les mobilités actives

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

[vc_row][vc_column][vc_column_text]En période scolaire, plus de 26 millions de trajets domicile/établissement scolaire ont lieu chaque jour. Pour beaucoup, en voiture particulière, une tendance qui ne s’est pas améliorée avec la crise sanitaire actuelle ! A l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité 2020, Eco CO2, porteur du programme national d’écomobilité scolaire Moby, dévoile les résultats du premier sondage : « Les parents et les transports domicile – établissement scolaire », réalisé par l’IFOP. Il nous révèle notamment la place des mobilités actives.

les parents et les mobilités actives

Retrouvez l’intégralité du sondage :Les parents et les transports domicile – établissement scolaire

Moins de 15 minutes pour se rendre à l’école

Si le trajet pour se rendre à l’établissement fréquenté se situe en-dessous de 15 minutes pour environ les trois quarts des enfants des écoles élémentaires, il s’allonge souvent pour le collège et plus encore pour le lycée, mais concerne toujours plus de la moitié des élèves. Mais la voiture individuelle reste le premier moyen utilisé : 30 % pour l’ensemble des scolarisés, mais ce pourcentage monte à 45 % pour les enfants des écoles maternelles.

A noter cependant que les transports en commun, tous modes confondus (bus, métro, cars scolaires…), ont les faveurs de 39 % des familles. Pour les transports dédiés, les cars scolaires sont notamment fréquemment utilisés (29 %) dans les zones rurales. Si la marche à pied est aussi fort utilisée (25 % des trajets et jusqu’à 47 % en agglomération parisienne), les autres modes de mobilités actives (vélo, trottinette…) restent rares : ils ne représentent au total que 3 % des trajets. Quant au covoiturage, il reste très marginal (1 %).

La sécurité d’abord et les mobilités individuelles plus encouragées en temps de crise sanitaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_btn title= »Accéder à l’intégralité du sondage » style= »custom » custom_background= »#bed422″ custom_text= »#ffffff » align= »center » css_animation= »fadeIn » link= »url:https%3A%2F%2Fwww.moby-ecomobilite.fr%2Fsondage-ecomobilite-scolaire%2F||target:%20_blank| » el_class= »texte-bouton »][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_column_text]Les enfants sont très souvent accompagnés d’un adulte (48 %). Ce pourcentage atteint les trois quarts pour les écoles maternelles, ce qui est logique, mais ne décroît réellement qu’à partir du collège (29 %). A lycée, il concerne encore près d’un élève sur cinq.

Le choix du mode de transport dépend avant tout de la sécurité (pour 97 % des parents), mais la rapidité, le coût, le confort et la santé de l’enfant entrent aussi en ligne de compte, pour au moins 4 familles sur 5. L’impact sur l’environnement est cité dans 70% des cas et passe après le confort (79 %)

Dans le contexte écologique et sanitaire actuel, les transports individuels répondent apparemment plus à la demande des parents que les transports collectifs : en fonction de la distance, 55 % comptent encourager leur enfant à y avoir recours, y compris pour les trajets de moins de 15 minutes (63 %). Peut-être un point encourageant pour l’utilisation du vélo et des autres modes de transport actifs ?

Des avantages certains pour les mobilités actives, mais…

Ces mobilités actives présentent des avantages certains pour les parents : réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution (pour 49 %), mais aussi encourager les enfants à l’exercice physique (44 %).  Mais il y a aussi des freins : d’abord la dangerosité de leur pratique (les risques d’accident) et l’inadaptation de ces modes de transport aux longues distances, voire aux conditions météo (vent, pluie…).

Bien que la majorité des parents estiment que les pouvoirs publics doivent en priorité en faciliter l’usage (54 %), beaucoup considèrent aussi la gratuité des transports en commun comme prioritaire (30 %) devant l’aménagement de trajets sécurisés pour les piétons et l’aménagement de pistes cyclables (19 % pour chacune des deux propositions).

76 % des parents prêts pour une concertation locale

Et plus des trois quarts des parents (76 %) se déclarent prêts à participer à une concertation pour améliorer les déplacements autour de l’établissement scolaire de leur enfant. « Avec plus des trois quart des parents qui indiquent qu’ils auraient envie de participer à une concertation sur les déplacements autour de l’établissement de leur enfant, le sujet des transports scolaires apparait comme un sujet d’importance pour les sondés Ces derniers se montrent par ailleurs assez partagés concernant les politiques publiques à déployer dans ce domaine, même si une courte majorité s’avère favorable au développement des mobilités actives. Au regard des résultats de cette enquête, la sécurisation des pistes cyclables ou encore des espaces piétons constitue probablement un axe intéressant pour faciliter l’usage de ces mobilités respectueuses de l’environnement par les écoliers, collégiens et lycéens », conclut l’IFOP.

Ce chiffre important de parents prêts à s’engager pour améliorer les déplacements autour des établissements scolaires laisse présager un début sous de bonnes augures pour notre programme Moby ! Leur engagement est en effet indispensable à la mise en place de PDES (Plan de Déplacements Etablissements Scolaires) et à leur pérennité. La concertation entre tous les acteurs locaux, dont les parents, est un élément-clé de la réussite du programme.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.