Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les professionnels de l’éclairage défendent les luminaires LED

GIL (Syndicat du Luminaire), le Syndicat de l’éclairage et le Cluster Lumière (réseau de compétence de la filière éclairage) ont publié un communiqué pour défendre les diodes électroluminescentes (LED), contre des attaques récemment parues dans les médias (Le Figaro et M6). L’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) s’est saisie de ce sujet depuis quelques années déjà, afin d’évaluer les effets sanitaires des systèmes d’éclairage utilisant des LED, et a publié en octobre 2010 un rapport sur les effets sanitaires de ces systèmes, assorti de recommandations, remis à jour il y a quelques mois dans un article.

La technologie des LED présente de nombreux avantages par rapport aux autres types d’éclairage : efficacité énergétique, durée de vie, etc. Or, pour produire de la lumière blanche, le procédé le plus répandu, selon l’Anses, couple une LED bleue et un phosphore jaune. Or, les attaques concernent particulièrement la « lumière bleue » qui constituerait un danger : « Des composantes intenses dans la partie bleue du spectre de la lumière émise par certaines LED, ainsi que les intensités de rayonnement associées posent la question de nouveaux risques sanitaires liés à ces sources d’éclairage » précise d’ailleurs l’Anses.

C’est sur ce « certaines LED » que se fonde le communiqué des professionnels de l’éclairage pour se défendre des médias, dont les informations sont « incomplètes, dramatisées et anxiogènes. » En effet, « toutes les sources de lumière (y compris le soleil) émettent des rayonnements dans le bleu » , et ne sont concernées par ces risques « que certaines sources LED de forte puissance réservées à des applications professionnelles (éclairage extérieur de grande hauteur par exemple). Elles ne sont pas disponibles à la vente pour des usages d’éclairage normal à l’intérieur des bâtiments, et des dispositions de sécurité sont prises pour leur utilisation. »

Par ailleurs, le communiqué insiste sur le fait que l’ensemble des fabricants de luminaires et d’ampoules LED doit vérifier que leurs produits n’émettent pas trop de lumière bleue et utilisent pour cela des méthodes définies dans les normes européennes NF EN 62 471 (le marquage CE de ces produits engage le fabricant dans le respect de la réglementation). De plus, la profession s’est dotée d’un laboratoire PISEO, à Lyon, qui dispose des équipements nécessaires à ces mesures.

L’Anses note, quant à elle, que cette norme (NF EN 62471), relative à la sécurité photobiologique des lampes, n’est pas tout à fait adaptée à des éclairages utilisant les LED et relève des risques liés à l’éblouissement. L’Agence recommande de l’adapter aux spécificités des LED et considère de plus qu’il est nécessaire de n’autoriser la mise sur le marché que des LED « ne présentant pas plus de risques liés à la lumière bleue que les éclairages traditionnels. »

Les signataires du communiqué des professionnels de l’éclairage « regrettent vivement » une telle désinformation en provenance de certains médias « qui effraie les consommateurs privés comme professionnels » et rappellent les avantages offerts par l’éclairage LED pour les consommateurs  : « très faible consommation, esthétique et variété de produits, possibilité de faire varier l’intensité et les couleurs ; » et pour la collectivité : « économie d’énergie, très longue durée de vie. L’utilisation des ampoules et luminaires LED contribuera à la réalisation des objectifs de la France en matière de réduction de CO² et donnera aux utilisateurs une grande qualité et un nouveau confort en matière d’éclairage ; c’est une révolution ! »

Sources : Syndicat de l’éclairage, Anses

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.